Soldat Pierre Montieux

299e régiment d’infanterie
74e division d’infanterie – 14e corps d’armée
mort pour la France le 28 août 1914
à Remenoville – Meurthe-et-Moselle (54)

Pierre MONTIEUX est né à Décines Charpieu (Rhône) le 8 novembre 1885.
Il est le fils légitime de Jean MONTIEUX maçon à Lyon puis à Décines Charpieu, et de Marie Anne CHARBONNIER sa femme.

Transcription:
L’an mil huit cent quatre vingt cinq, le huit novembre à six heures du matin. Par-devant nous Claude ROBELET maire et officier de l’état civil de Décines Charpieu (Isère), est comparu : M. BROC MONTIEUX Jean âgé de trente deux ans, profession de maçon demeurant à Décines Charpieu lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin né le huit courant à heure une du matin à Décines Charpieu enfant légitime de lui déclarant et de Marie CHARBONNIER son épouse, âgée de vingt huit ans, profession de ménagère domiciliée à Décines Charpieu auquel enfant le dit comparant a déclaré donner les prénoms de Pierre.
Lesdites déclaration et présentation faites en présence de M. OGIER Claudius âgé de soixante cinq ans ans, profession de rentier demeurant à Décines Charpieu et de M. BROCHIER Léon âgé de trente neuf ans, profession d’instituteur communal demeurant à Décines Charpieu.
Après lecture du présent acte le déclarant et les témoins ont signé avec nous. Rature un mot approuvée

BROCHIER MONTIEUX C OGIER ROBELET

Note marginale : marié à Genas le 15 mai 1912 avec GUINET Marguerite Anthelmette

Pierre MONTIEUX exercera la profession de maçon dans les communes de Décines Charpieu et de Genas.
Il est le frère d'Etienne Montieux.

Il se marie à Genas (Rhône) le 15 mai 1912 avec Marguerite Anthelmette GUINET.

Nous avons pu retracer la généalogie de sa famille sur 4 générations,

- que Pierre MONTIEUX est né à Décines Charpieu.
- que son père Jean MONTIEUX est né à Bujaleuf (Haute-Vienne).
- que son grand-père Joseph MONTIEUX est né à ?.
- que sa mère Marie Anne CHARBONNIER est née à Saint-Junien-la-Bregère (Creuse) issue de familles originaires de la Creuse probablement de Royère-de-Vassivière (Creuse).






Quelle a été sa vie militaire ?

Comme tout homme vivant à cette époque, il a été soumis à la conscription et a effectué le service militaire. Sa fiche de registre matricule nous permet de connaître son parcours militaire.

Pierre Montieux y est décrit physiquement :

- Cheveux et sourcils : brun
- Yeux : brun
- Front : couvert
- Nez : aquilin
- Bouche : grande
- Menton : pointu
- Visage : allongé
- Taille 1 mètre 67 centimètres

Son niveau d’instruction y est aussi mentionné : 2
Ce chiffre correspond au critère : « sait lire et écrireCritère des niveaux d'instructions :
0 ne sait ni lire ni écrire
1 sait lire
2 sait lire et écrire
3 possède une instruction primaire
4 a obtenu le brevet de l’enseignement primaire
5 bachelier, licencié
».


Il a effectué son service militaire au 3e régiment de zouaves, du 10 octobre 1906 au 29 septembre 1908.
Le 3e régiment de zouaves était basé en Algérie et faisait partie de l’armée d’Afrique.
Il est arrivé au corps le 13 octobre 1906. Il est soldat de 2ème classe. Il a été nommé tambour, le 8 octobre 1907. Il a été renvoyé dans ses foyers, le 29 septembre 1908, avec un certificat de bonne conduite. Il a fait campagne en Algérie du 11 octobre 1906 au 28 septembre 1908.

Il a été affecté dans l’armée de réserve, au 99e régiment d’infanterie, où il a effectué deux périodes d’exercices : la première du 29 août au 20 septembre 1911 et la seconde du 4 au 20 décembre 1913.
Rappelé à l’activité par suite de la mobilisation générale du 2 août 1914, il rejoint le 299e régiment d’infanterie, le 4 août 1914 Vienne (Isère).

Le 299e régiment d’infanterie est partie constituante de la 147e brigade d’infanterie - 74e division d’infanterie - 14e corps d’armée.
+ Du 7 au 19 août 1914, constitution du régiment à Vienne (Isère). Puis transport par voies ferrées à Montélimar (Drome) entrainement des unités et instruction.
+ Le 20 août 1914, transport par voies ferrées vers Bayon (Meurthe-et-Moselle) en passant par Ambérieu-en-Bugey (Ain), Bourg-en Bresse (Ain) et Gray (Haute-Saône).
+ Du 21 au 28 août 1914, mouvement des troupes sur Charmes (Vosges). Mise en défense du village de Borville (Meurthe-et-Moselle) le 25 août 1914. Offensive française du 25 au 28 août 1914 en direction de Gerbéviller (Meurthe-et-Moselle). Violents combats à Gerbéviller et Remenoville (Meurthe-et-Moselle).

Le soldat Pierre MONTIEUX meurt « tué à l’ennemi » dans les combats de la journée du 28 août 1914, à Remenoville (Meurthe-et-Moselle).

Conformément à la loi, un secours de 150 francs a été versé à sa mère madame veuve MONTIEUX, le 8 mars 1915.


Le site gouvernemental « Mémoire des Hommes » confirme les circonstances de sa mort.

Il faut noter l’erreur de nom sur cette fiche et lire MONTIEUX et non MONTIEUSE.

Son acte de décès a été transcrit à la mairie de Genas, le 31 juillet 1916.

Transcription:
L’an mil neuf cent quatorze et le vingt huitième août à neuf heures étant à Gimenoville Remenoville, Meurthe et Moselle, acte de décès de MONTIEUX Pierre, soldat 2ème classe n° mle (matricule) 0269, 299e régiment d’infanterie, né à Décines Charpieu, Isère, le huit novembre mil huit cent quatre vingt cinq, domicilié en dernier lieu à Genas, Isère, décédé à Remenoville le vingt huit août mil neuf cent quatorze à neuf heures sur le champ de bataille, Mort pour la France, fils de feu Jean et de Charbonnier Marie, époux de GUINET Marguerite Anthelmette.

Conformément à l’article 77 du code civil, nous nous sommes transporté auprès de la personne décédée et assuré de la réalité du décès. Dressé par nous PARPETTE Claudius lieutenant au 299e régiment d’infanterie, officier de l’état civil, sur la déclaration de PITRE Charles Joseph, médecin major 2ème classe, trente huit ans, au 333e régiment d’infanterie et de PELLAT Gabriel Charles, médecin aide major 1ère classe, trente deux ans au 333e régiment d’infanterie, témoins qui ont signé avec nous après lecture.

Transcrit par nous Claude BOUVARD, maire de Genas, le trente un juillet mil neuf cent seize
Un mot nul approuvé BOUVARD
BOUVARD



Le maire de Décines Charpieu, écrit cette lettre, en date du 1er novembre 1919, au commandant du 299e régiment d’infanterie, pour recevoir les documents nécessaires à la constitution d’un dossier d’allocation d’ascendant

L’armée, par lettre en date du 4 novembre 1919, lui demande de préciser la classe d’incorporation du soldat Pierre MONTIEUX.

Le maire de Décines Charpieu communique le renseignement demandé par lettre datée du 25 novembre 1919.

L’administration militaire lui transmet par courrier en date du 10 décembre 1919, les éléments pour constituer le dossier d’allocation d’ascendant.

Le dossier des états de services et campagnes

La copie de l’acte de décès noté sur les registres de la commune de Genas.