Dimanche 15 Septembre 2019 votre médiathèque est fermée.
Le vieux saltimbanque  

Autres auteurs : Matthieussent Brice
Publié par : Flammarion , 2016
Caractéristiques physiques : 147 p. 21 cm
ISBN : 9782081313101
Type : Livre

Résumé : Dans ce dernier livre publié moins d'un mois avant sa mort, Jim Harrison a choisi de poursuivre ses mémoires sous la forme d'un texte à la troisième personne. Souvenirs d'enfance, découverte de la poésie, mariage, amour de la nature, célébration des plaisirs de la chair et de la table, alcools et paradis artificiels, Jim Harrison tisse le roman d'une vie. Véritable testament littéraire, Le Vieux Saltimbanque est à l'image de Big Jim : plus libre et provocateur que jamais, plus touchant aussi, en marge de toutes les conventions.

Exemplaires(1)
LocalisationSecteurCoteSituationDate de retourAction
Médiathèque de Décines-Charpieu
RdC Salle de lecture
Ado-Adulte818. 03 HARDisponible
Commentaires
De Direction Fiction
Le 20/12/2016 à 18:23

Voici le dernier livre de Jim Harrison.
Vraiment son dernier : Big Jim, comme on le surnommait, est mort en mars de cette année. On devrait s'attrister de ne plus devoir attendre ses prochaines publications, pourtant notre mélancolie est tempérée puisqu'il nous laisse une oeuvre généreuse qui continuera de nous accompagner.
Plus de 10 ans après la publication de son autobiographie En marge, où il disait déjà à peu près tout sur lui-même, Jim Harrison a conçu ce dernier texte comme des mémoires un peu particuliers, puisqu'il a choisit l'écriture à la 3e personne. "J'ai décidé de poursuivre mes mémoires sous la forme d'une novella. A cette date tardive, je voulais échapper à l'illusion de réalité propre à l'autobiographie".
Certaines pages sont peu flatteuses pour leur auteur. Il ne fait aucun secret de ses excès : il aimait les femmes ; il aimait aussi boire, manger, fumer. Il affirme encore plus son amour de la littérature et sa véritable passion pour la poésie inaugurée avec la lecture de Keats.
Extrait (pp124/125) : "Il pensa aux milliers d'heures qu'il avait passé à travailler sur des poèmes depuis la révélation de sa vocation à 14 ans... Il devait organiser sa vie pour être prêt à tout moment à recevoir le poème... Quand il allait pêcher avec des amis... ils apportaient des tas de magazines de cul alors que lui ouvrait seulement des anthologies de poésie chinoise et russe".
Malgré les apparences d'une construction qui semble "à la va-comme-je-te-pousse", ce texte est remarquablement composé, écrit et réfléchi. Les lecteurs habitués de Jim Harrison retrouveront sa manière si personnelle de traiter le temps. On passe, dans le même paragraphe, d'une situation actuelle à une autre survenue 20 ou 50 ans auparavant. Et pour ceux qui n'ont jamais lu une seule ligne de Jim Harrison c'est une excellente porte d'entrée dans son oeuvre.
Retour à la page précédente
Nouveautés musique
Mairie de décinesLogo Tobogan Décines