Archives du mot-clé Martinez

Les roses fauves, de Carole martinez

ROSES FAUVESC’est loin de sa famille que la narratrice s’exile pour écrire son nouveau roman.

Installée à Trébuailles  en Bretagne, elle rencontre Lola qui  travaille à la poste du petit village.  Lola est une femme simple  sans artifice. Boiteuse, elle mène une existence solitaire et ne vit que pour son jardin. C’est elle qui  va raconter à Carole cette vieille coutume espagnole :

 « Dans la sierra andalouse quand une femme sentait la mort venir, elle fabriquait des cœurs de lin ligotés par une tige de rose dessinée à l’aiguille, dans lesquels elle glissait des dizaines de bouts de papier pliés où étaient inscrits ses inavouables secrets. » A sa mort sa fille ainée en héritait avec  l’interdiction de l’ouvrir.

Or un cœur s’est décousu. Bien sûr, Lola ne lirait pour rien au monde ce qu’il renferme.  Mais qu’en est-il de sa nouvelle amie ? … Quels secrets va-elle découvrir ? Lola est-il son vrai prénom ?

Les roses fauves est un roman mêlant merveilleux et fantastique qui se lit avec plaisir.

 

                                          Emprunter : Les roses fauves

 

 

Du domaine des murmures de Carole Martinez


Afin d’échapper à son union avec un homme qu’elle n’aime pas, Esclarmonde fait couler son sang le jour de ses noces. Et annonce qu’elle préfère vouer sa vie à Dieu. Son père, publiquement bafoué, fait ériger une chapelle adossée au Domaine des Murmures, pour y enfermer sa rebelle de fille. Elle devra vivre dans ce réduit de pierre jusqu’à sa mort, concentrée sur ses visions mystiques.
Quelques mois après son emmurement, elle accouche d’un enfant. Et quand celui-ci se retrouve les paumes trouées, la légende est née. Des pèlerins viennent voir la mère et l’enfant sanctifiés.
Esclarmonde sent qu’elle doit mentir par omission sur la nature de la conception de son fils, pour le sauver. Car en vérité et entre nous, cet enfant a été conçu de manière tout à fait traditionnelle. Quoique sous la contrainte.
Elle profite donc de sa sainte notoriété pour découvrir le monde et diriger les destinées depuis sa petite cellule.
Ce conte évoque parfaitement le Moyen-Age, en évitant les clichés. Une impression de modernité s’en dégage. Et s’il peut toucher des jeunes lecteurs – ce roman a reçu le prix Goncourt des lycéens- ,je pense que c’est parce qu’Esclarmonde est une femme qui s’adresse aux femmes d’aujourd’hui et fait écho à des thèmes brûlants comme l’honneur attaché à la virginité ou le rapport du corps de la femme à la religion.