Archives du mot-clé Almendros

Faire mouche de Vincent Almendros

Vincent Almendros - Faire moucheDès les toutes premières pages, on sent que quelque chose cloche.

 

Laurent se rend dans son village natal pour assister au mariage de sa cousine, qu’il n’a pas revue depuis des années. Pas plus qu’il n’a gardé de lien étroit avec le reste de sa famille. Son oncle est malade, sa mère le reçoit froidement, et Laurent lui-même tient tout le monde à distance.

A tous, il présente sa compagne Constance, censée être enceinte, dont on apprend très vite qu’elle se prénomme en fait Claire.

Au fil des rencontres, des conversations et du monologue intérieur de Laurent (c’est lui le narrateur), mêlés aux bribes de souvenirs que lui-même peine à faire remonter, on sent des gênes, on devine des secrets, des rancunes, des rumeurs.

Tout semble flou et rien ni personne n’est à sa place.

Jusqu’à la toute dernière page d’où surgit LA révélation, inavouable et crue.

Un court roman à l’écriture fine et précise, presque chirurgicale.

Vincent Almendros livre là son troisième roman, après Ma chère Lise  (2011) et Un été (2015, qui a obtenu le prix Françoise Sagan), également parus aux Editions de Minuit.

Empruntez Faire mouche

Ma chère Lise de Vincent Almendros

Voici le premier roman d’un auteur de 34 ans : Vincent Almendros, édité aux éditions de minuit.
Histoire d’amour d’un homme jeune et une adolescente arrogante ? Ou roman d’une ambition, vie facile et argent sans peine ? Conte de l’ordinaire ?

Le titre, une lettre commencée qui ne s’écrira pas. Oui, mais dès le début le lecteur perçoit un malaise. L’histoire est trop lisse pour ne pas sombrer, comme un pull de soie dont l’étiquette nous griffe la peau. Notre narrateur a peur de la mort, il la conjure par jeu. Être riche et célèbre semble être sa parade à la fin commune.

Lui l’enfant des vies modestes et grises, des pavillons de banlieues et des parents ternes que l’on voudrait cacher, voit le destin lui sourire sous les traits de la rencontre amoureuse. Expérience de sentiments qui dévorent ? Brûlure des corps? Non, plutôt apaisement d’une vie où il n’a plus à subir mais choisir. Il sera professeur particulier pour Lise, jeune-fille aisée aux parents d’une libéralité placide. Il vivra cette vie sans aspérité ou la sensualité elle-même assourdit les sentiments.

Mais que devient l’amour d’une adolescente si elle le vit sans passion. Ne trouvera t-il pas sa limite ? L’inconstance est-elle la clef ? Les dernières pages nous révèlent l’issue de cette relation pourtant si légère…

Un court récit et une écriture à fleur de peau, de sensations, de corps, d’odeurs. Pas de souffle épique ni de lyrisme. Une histoire qui se dévoile à peine qui ne se vit presque pas. Pourtant à travers ces quelques moments esquissés le héros deviendra un autre, peut-être un homme.

Une interview de l’auteur