Tous les articles par P.

Il de Loïc Le Borgne

Elouan, 13 ans, passe les vacances chez sa cousine Romane. Celui-ciIL DE LOIC LE BORGNE
montre rapidement quelques particularités, à l’image des
« mutants » qui font parler d’eux aux quatre coins du monde. En effet, certains adolescents développent des pouvoirs surnaturels. Elouan va devoir apprendre à dompter ses nouveaux pouvoirs, à lutter contre la méfiance des habitants inquiets et à se protéger des attaques de Valentin et de sa bande.

Une belle histoire d’amitié, d’aventure et de tolérance.

Thèmes : science-fiction / pouvoirs surnaturels / tolérance / différence / amitié

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque.

MEME PAS PEUR D’INGRID ASTIER

Stéphan, 16 ans, passe ses vacances sur l’île d’Yeu en Vendée.MEME PAS PEUR d4iNGRID ASTIER
Comme chaque année il y retrouve ses copains. Il y a Phil son
meilleur ami, Stan, Angelo et bien sûr la belle Mica. Phil et Mica ont
l’air d’être très proches, et Stéphan, cette année devient jaloux. C’est
lors d’une après-midi chasse aux trésors que la rivalité entre Stéphan
et Phil va se déclarer ouvertement. Stéphan va avoir l’occasion et le
temps de réfléchir et peut-être d’oser avouer ses sentiments.

L’histoire, racontée par Stephan, rend le personnage très proche. On
vit au rythme de ses pensées et de ses émotions, parfois violentes.
Un récit sensible et accessible.

Thèmes  : amour / amitié / prise de risque

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque.

Le mystère de Roccapendente de Marco Malvaldi

Toscane, juin 1895, Pellegrino Artusi est invité au château du Baron de Roccapendente. L’arrivée du célèbre gastronome ne réjouit pas les fils de ce dernier : Gaddo, jeune homme paresseux et poète médiocre et Lapo, le « raté » de la famille.
Lorsque Téodoro, le fidèle majordome, est retrouvé mort, empoisonné, dans la cave qui était pourtant fermée à clef de l’intérieur, les deux frères n’auront de cesse d’accuser Pellegrino Artusi.
Il sera défendu par Cécilia, la spirituelle cadette du Baron, qui rêve de pouvoir étudier à une époque où les femmes peinent à s’émanciper, trouvant en lui une oreille amicale et attentive.
Mais le policier chargé de l’affaire ne va pas s’en laisser compter et va interroger les occupants du château, tous des personnages hauts en couleur : de la mère du Baron à ses cousines « vieilles filles » aux différents domestiques dont la cuisinière, jalouse gardienne de ses secrets de cuisine.
Outre la critique sociale et l’intrigue policière laissant largement la place aux situations cocaces, on adorera avant tout l’écriture alerte et truculente qui donne toute sa saveur à ce roman.
PP

La modiste d’Andrea Vitali

Italie, Bellano, village paisible au bord du lac de Côme dans les années 50.
Nous y découvrons ses habitants, personnages hauts en couleur : Tout d’abord Bicicli, le gardien de nuit qui, le seul soir où un cambriolage a lieu à la mairie, a déserté son poste. Il fêtait son anniversaire au bar du village.
On s’amuse du chef des carabiniers, un bellâtre sicilien, incapable, qui va devoir démêler ce cambriolage.
Quant au maire, qui ne vit que pour la chasse, il va être sommé par le préfet d’arrêter les voleurs.
Le seul à avoir la tête sur les épaules est l’adjudant-chef des carabiniers, à la fois psychologue et éducateur, il aide tout ce petit monde à s’y retrouver.
Sans oublier, bien sur, Anna Montani, la modiste. Très belle femme qui fait tourner la tête à plus d’un homme dans le village, pas toujours malgré elle.
Quiproquos, personnages rocambolesques : un roman à conseiller pour se détendre.

Les âmes chagrines de Léonora Miano

Le roman s’ouvre sur le personnage d’Antoine, dit Snow. Ce jeune homme oisif, égoïste et superficiel évolue dans le milieu de la mode et du spectacle sans y appartenir vraiment. Il cultive une froideur de sentiment envers le monde qui l’entoure et une haine farouche envers sa mère Thamar. Si Antoine a toujours vécu en France, celle-ci, vient d’un pays d’Afrique subsaharienne, le «Mboasu ». Il n’a de ce pays que des souvenirs amers de vacances, lorsque sa mère l’envoyait tout l’été chez sa grand-mère. Il y retrouvait son demi-frère Maxime, élevé par cette dernière dans un bidonville.
On s’attache aux personnages qui peinent, par manque d’amour, à être heureux et à se laisser aller. Snow a erigé de solides barrières psychologiques pour se protéger : il gagne sa vie en monnayant son identité à des sans-papiers, dont son propre demi-frère. Thamar a toujours été ballotée par la vie : violée lorsqu’elle était adolescente, elle n’a pas su aimer ses enfants. Modi, la grand-mère a toujours caché ses origines de jeune-fille aisée. Maxime, blessé par l’abandon de sa mère est, contrairement à Antoine, fier de ses racines, reconnaissant envers les siens. Lui est celui qui aide, qui pardonne.
On est emporté dans cette saga, dépeinte avec finesse. Léonora Miano nous donne à voir des destins tissés de non dits et de maladresses. A tel point que l’on se demande si un jour « Ces âmes chagrines » pourront un jour retrouver la paix.