Patagonie route 203, d’Eduardo Fernando Varela

Patagonie route 203Dans ce road trip surréaliste, on suit Parker, -chauffeur routier solitaire, saxophoniste à ses heures perdues-  qui sillonne les routes secondaires de Patagonie au volant de son vieux camion qui est aussi sa « maison ». Il transporte des cargaisons de contrebande pour une entreprise fantôme et tâche avant tout à passer inaperçu, ce qui lui convient très bien, car l’ami Parker n’est pas franchement du genre à frayer avec son prochain.

Souvent dans un état second, oscillant entre veille et sommeil, abruti par des heures de route non-stop, il se dirige à l’instinct avec ses cartes, son sextant, et parfois quelque information glanée au fil de rencontres improbables dans les bourgades qu’il traverse et qui portent des noms tout aussi insolites que le sont leurs habitants. Aguia Sucia (Eau sale),  Vallemustio (Vallée fanée)  ou encore Saline du désespoir, Mule morte, La pourrie, Indien méchant

De temps en temps, il croise son copain, « un journaliste » qui conduit une vieille guimbarde sans freins. Parfois, le journaliste est à la recherche d’un sous-marin nazi qui aurait coulé au large de la Patagonie, parfois il raconte des légendes de trinitaires cannibales, des histoires de mines abandonnées qui regorgent d’or… Des sornettes qui amusent Parker, mais auxquelles lui, croit fermement. Ils partagent un repas, boivent quelques verres, puis chacun retourne à sa solitude et se donnant d’hypothétiques points de retrouvailles…

Un jour, Parker casse une pièce de son camion et se trouve immobilisé plusieurs jours dans un bled isolé de l’extrême sud, balayé par tous les vents. Livré à la merci d’un garagiste irascible qui s’amuse à le faire poireauter, il se rend dans une fête foraine pour passer le temps et trouver un peu de distraction. C’est là qu’il  va rencontrer la belle Mayten, (la femme de Bruno, le patron du Train Fantôme) dont il va tomber follement amoureux. Mais les itinérants repartent. De ce jour, Parker n’aura de cesse de la retrouver…

Fabuleuse histoire d’amour contée avec humour dans une langue savoureuse, située dans une Patagonie irréelle et onirique. Un joyau du « réalisme magique » dans la lignée de Chatwin, Sepulveda ou Rivera Letellier, avec en toile de fond, une réflexion profonde sur le sens de la vie.  Patagonie route 203 est un roman merveilleux.

 

Emprunter : Patagonie route 203

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>