Sale bourge, de Nicolas Rodier

Premier roman de Nicolas Rodier, « Sale bourge » nous entraîne dans une spirale infernale de  violence au sein d’une famille bourgeoise des années 8rodier0.

A l’ouverture du roman, Pierre a une petite trentaine d’années. Il sort du tribunal où il vient d’être condamné pour violence conjugale :  4 mois avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve de 18 mois et d’une injonction de soins.

Pourtant, Pierre aimait et aime toujours sa femme. De toutes ses forces, il a lutté, poings serrés dans les poches, pour ne pas céder à ces pulsions irrépressibles qui lui donnaient une furieuse envie de cogner.  Mais rien n’y a fait. Il a commis l’irréparable.

L’auteur revient alors sur la vie de Pierre. Son enfance, son adolescence, sa jeunesse. Avec distance, presque avec froideur, il raconte la maltraitance. Les humiliations, les coups,  les sévices, qui ont fait de lui un individu bancal et incapable de contrôle.  Cette violence, somme toute devenue banale, exercée sur lui et ses frères et soeurs par une mère hystérique et dépressive.

Il dit aussi  la passivité du père, l’indifférence, le consentement de l’entourage familial. Il dénonce les valeurs réactionnaires, le racisme, l’homophobie, le mépris des petites gens… Tout cet environnement délétère qui a contribué à inscrire au plus profond de lui la brutalité et la violence comme modes de fonctionnement.

Certes, on pourrait reprocher à l’auteur d’ériger son personnage en victime et de le dédouaner de toute responsabilité. Mais il n’en est rien, car jamais il ne se prononce. Il ne fait que décrire, décortiquer par le menu un système éducatif barbare exacerbé par la fragilité psychologique de la mère.

Les phrases sont courtes.  L’écriture simple et factuelle rend compte sans jamais être démonstrative. C’est sûrement la grande force de petit livre  puissant qui vient s’inscrire au rang des grands romans sur l’enfance difficile, au même titre que « Vipère au poing » d’Hervé Bazin   ou « Enfance » de Nathalie Sarraute.

 

 

                               Emprunter : « Sale bourge. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>