Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs 2020/4

Voici la liste des titres présentés lors du dernier rendez-vous des lecteurs de l’année 2020.

L’immense auteur israëlien David Grossman qui nous avait frappé avec Une femme fuyant l’annonce, prix Médicis 2008, revient avec une autre histoire terrible et bouleversante. Dans La vie joue avec moi, une lignée de 3 femmes cherche la vérité en dénouant les fils du passé tourmenté de Véra, la grand-mère.

Trencadis, c’est un mot espagnol qui désigne le miroitement d’un objet brisé. Et c’est un mot qui convient parfaitement à Niki de Saint Phalle, dont la vie s’est brisée à l’âge de 11 ans mais qui a fini par rayonner à travers sont art. Une biographie-mosaïque, particulièrement incarnée, que nous livre Caroline Deyns.

Dans Mariage en 10 actes de l’anglais Nick Hornby, un couple qui bat de l’aile entame une thérapie. Mais une thérapie à l’anglaise : avec moults sarcarsmes et des litres de bière.

On a connu Bergsveinn Birgisson avec La lettre à Helga, coup de coeur des lecteurs de la Médiathèque en 2013 et best-seller mondial. Voilà son premier roman enfin traduit : Du temps qu’il fait. En grand (ra)conteur, l’auteur nous embarque dans un fjord isolé et nous touche avec la chronique des jours qui passent au sein d’une petite communauté de pêcheurs islandais.

Comment est le dernier Djian ? C’est un bon millesime pour les admirateurs de cet auteur qui revient avec … une fable écologiste ! L’histoire : en 2030, on se demande pourquoi on a continué à foncer dans le mur ces 10 dernières années, tandis que la végétation a presque complètement disparu, que l’eau est une denrée rare et que les pannes d’électricité rythment le quotidien. Cette course à la destruction aura-t-elle une fin ? Ca n’est pas sûr …

C’est l’histoire d’Un gars et son chien à la fin du monde. Le monde s’est dépeuplé depuis que le taux de fécondité à dramatiquement baissé. Seuls quelques milliers d’humains peuplent la planète désormais. Griz fait partie de l’une de ces rares familles. Un jour, un homme mal intentionné débarque chez lui et lui vole son chien. L’écossais C. A. Fletcher nous embarque dans un roman d’aventures palpitant.

La chienne est le premier roman de la colombienne Pilar Quintana et il explore le désir d’enfant contrarié. Damaris n’a pas pu en avoir et reporte son affection sur un chiot que lui donne sa voisine.

La narratrice de L’amour sans le dire d‘Amanda Sthers écrit une longue lettre à un homme, praticien du massage shiatsu, qu’elle a rencontré par hasard. Cette femme qui passait à côté de sa vie a été révélée à elle-même par le toucher, la douceur et la fermeté des mains de cet homme.

Hélène Cixous explore l’histoire de sa branche maternelle, des juifs allemands installés à Osnabruck en Basse-Saxe. Elle retourne arpenter les Ruines bien rangées du passé douloureux de cette ville où on a beaucoup noyé, lapidé, brûlé (des sorcières, des sages femmes, des juifs …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>