Paria de Richard Krawiec

14 octopariabre 1967. Une jeune fille de 15 ans : Masha Kucinszki, lycéenne d’origine polonaise est sauvagement assassinée à l’entrée du lycée. Il n’y a aucun témoin, cependant, la police arrête Emmet Turner, un garçon de 15 ans que la presse qualifie de « coloré ».

S’ensuit un grand émoi dans la  petite ville ouvrière du Nord-Est des Etats-Unis. D’abord, des témoignages de compassion affluent pour la famille endeuillée, puis bientôt, c’est un déferlement de haine car le père, submergé, demande qu’on le laisse tranquille. Tous les vieux préjugés remontent alors à la surface. Préjugés racistes, sexistes, sociaux…

Ce fait divers sordide nous est raconté près de 50 ans plus tard par Steward Rome, devenu maire de la ville. Adolescent, il avait été au coeur de ce drame sans avoir jamais été inquiété.  Au fil de son récit, il va dévoiler les implications des uns et des autres, (la sienne, peut-être ?) et va mettre à jour tous les  mécanismes qui ont amené les coupables à commettre cet acte odieux et cruel, et surtout ceux qui leur ont permis de s’en sortir en toute impunité.

« Paria » est un livre fort et dérangeant. D’abord,  pour ce qu’il dit de l’âme humaine, de la trahison, du mensonge, de la couardise, des compromissions… Ensuite parce qu’en révélant sans fard les manipulations dont il a lui-même été capable dans sa jeunesse et même plus tard, dans sa vie d’homme, il nous fait nous interroger, nous, lecteurs, sur nos propres petites lâchetés…

C’est du grand art.

Empruntez Paria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>