L’éternel printemps de Marc Pautrel

PAUTRELFuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve
Il est écrivain, pas loin de la cinquantaine. Elle est libraire, une dizaine d’années en plus. Quand ils se rencontrent par le biais d’amis communs, commence entre eux une amitié intellectuelle faite de rendez-vous – au restaurant, en librairie,  dans les parcs.

 
Elle sort peu, mais elle aime aller au restaurant. Parler sans fin en mangeant est également un de mes grands plaisirs.

L’amitié se mue rapidement en attirance sensuelle. Mais derrière une attitude solaire et joyeuse,  il découvre une femme angoissée – par son âge, son image, le temps qui passe, la mort. Elle ne s’autorise pas cet élan qui sied mieux à la jeunesse, pense-t-elle. Ce mouvement qui trahirai un désir qui n’est plus de son âge, pense-t-elle. Les tentatives d’approche sont silencieusement repoussées. Pour autant une relation lumineuse éclot entre eux : un printemps qu’elle veut éternel, figé, afin que leur histoire de s’abîme dans l’automne de leurs vies respectives et pire, dans l’hiver qui menace toute vie. L’éternel printemps est un très beau roman d’amour qui saisit deux personnages dans leur complexité.

 
« tu vois les trois dernières fenêtres, là, au dernier étage, c’est chez moi ». Je souris, tout cela est un peu ridicule, elle me désigne de loin son appartement et elle me montre où elle vit, mais à distance […] je suis abasourdi et pourtant je souris, elle m’attire, elle m’émeut tellement, elle est si touchante, si sûre d’elle dans ses choix, si erronés soient-ils, elle est si impressionnante quand elle n’hésite pas et qu’elle n’a plus peur de choisir, quand elle agit aveuglément mais avec assurance.

Empruntez L’éternel printemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>