Les assassins de R. J. Ellory

Il y a des romans policiers qui se démarquent, qui enrichissent peut- être ce genre par une approche particulière, une façon de faire qu’on lit moins souvent. Et on prend plaisir à redécouvrir ces récits qui détonnent. R. J. Ellory est certainement l’un de ceux qui écrit ces romans là.

r-j-ellory-s-aime-beaucoup-trop

Il porte une attention particulière aux personnages, à leurs vies, leurs manies, leurs problèmes, qu’il prend le temps de raconter au détriment peut être du souci d’un suspens. L’enquête s’enracine dans ceux-ci, s’ancrent dans la vie des personnages.  Et on prend plaisir à entrer dans  cette familiarité.

Dans Assassins, des meurtres se suivent dans un quartier de New York, qui a priori n’ont aucun lien. Ray Irving s’occupe de quelques unes de ces affaires, dont aucun élément jusque là ne permet de les élucider. Peut être que Karen Langley pourra l’aider. Karen travaille au New York City Herald, elle est responsable des pages faits divers de ce journal. Elle travaille avec Jhon Costello, son enquêteur, un drôle de personnage victime d’un serial killer alors qu’il avait quinze ans. Il a pu en réchapper, son amie non.

Jhon Costello a notamment une mémoire étonnante, et il semble surtout l’utiliser à justement  dresser la liste de tous ces meurtres en série commis par de célèbres meurtriers. Et Jhon fait remarquer à Karen que les assassinats qui viennent d’être perpétrés ressemblent à d’autres plus anciens. Un autre meurtrier en série semble vouloir imiter ses grands précurseurs. Karen révèle cette information à Ray…

Empruntez Les assassins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>