Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur

 

Heart Spring Mountain

Après un remarquable recueil de nouvelles, Le Coeur sauvage, publié en 2017, Robin MacArthur retrouve la collection Terres d’Amérique des éditions Albin Michel pour son premier roman : les femmes de Heart Spring Mountain.

Août 2011 : l’ouragan Irene ravage l’état du Vermont, laissant derrière lui une nature et une population dévastées.  Vale, alors strip-teaseuse dans un bar de la Nouvelle Orleans apprend par sa tante que sa mère est portée disparue. Ni une ni deux, elle fait son sac, et part sur les traces de Bonnie, cette mère alcoolique et droguée -mais néanmoins aimante-  qu’elle n’a plus revue depuis 8 ans. Elle en est convaincue : Bonnie est vivante et elle va la retrouver.

A la suite d’un road-trip hallucinant où elle constate avec effroi l’ampleur des dégâts occasionnés  par l’ouragan, Vale finit par se fondre à nouveau dans ce lieu qu’elle avait quitté des années plus tôt, fuyant ce qu’elle considérait à l’époque comme un environnement toxique.  La recherche de Bonnie devient alors comme un fil rouge qui la guidera sur le chemin de de reconstitution de sa propre histoire et de celle de sa famille, de cette improbable lignée de femmes sans hommes, de combattantes, d’amoureuses, de mères louves.

Ce beau roman  porté par la poésie de l’écriture est animé d’un souffle vital puissant, tout aussi puissant que le sentiment d’amour maternel qui est au coeur de l’intrigue. C’est surtout un roman du présent qui s’inscrit dans une actualitRobin MacArthuré américaine de catastrophes naturelles à répétition et de fracture sociale, qui nous dit que notre salut est peut-être bien dans le respect de nos origines et  de notre espace naturel.

Extrait : « Elle regarde la rivière en crue, tumultueuse, et toutes les choses qu’elle charrie en contrebas, arrachées à la berge : des branchages, des tonneaux, une botte en caoutchouc vert, des arbres, un frigo. Elle cligne des yeux, incrédule. Eclate de rire. « Putain que c’est beau ! » s’écrie-t-elle, le son de sa voix couvert par les flots.

Elle revoit la ferme où elle a grandi, à une quinzaine de kilomètres en amont, à la source de cette rivière et de ce qu’elle recèle. « Purifie-nous tous », lui souffle-t-elle, les bras tendus vers ses eaux bouillonnantes. Elle n’entend que leur rugissement. La pluie lui trempe le visage, les cheveux, transperce son sweat-shirt, son pantalon, ses baskets. La tête en arrière, offerte, elle affronte cette pluie. »

Empruntez Les femmes de Heart Spring Mountain

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>