Rendez-vous des lecteurs 2019#3

Samedi dernier a eu lieu le troisième rendez-vous des lecteurs de l’année. Voici la liste des titres présentés :

Une fille bien replonge dans son carnet intime abandonné 30 ans plus tôt. Mais à quoi correspondent ces passages biffés ? qu’a-t-elle voulu effacer de sa vie et voulu si consciencieusement oublier depuis ? Un roman de Valérie Toranian.
La fille au sourire de perles, c’est  Clemantine Wamariya, une jeune américaine à la scolarité brillante mais à la vie brisée. A 6 ans, elle et sa sœur ont fui le Rwanda.
Un premier roman délicat de l’américaine Katharine Dion sur un homme qui doit apprendre à vivre sans sa femme avec qui il a passé une cinquantaine d’année. Après Maïda est un beau livre sur les liens qui nous unissent aux gens qu’on aime.
Un jeune peintre est fasciné par un vêtement dont il n’arrive pas à restituer le plissé… Après Constantinople est un voyage en Orient au début du 19ème siècle. Par Sophie Van der Linden.
Clémentine Autain se dévoile dans ce portrait intime d’une mère qui l’aimait mais ne prenait pas soin d’elle. Dites-lui que je l’aime est un récit introspectif très courageux.
Racontant l’histoire de deux adolescents abandonnés par leurs parents dans le Londres d’après-guerre, Ombres sur la Tamise est, d’après la critique, le meilleur roman de Michael Ondaatje, l’auteur du Patient Anglais.
Premier roman réussi pour Coline Gatel . Les suppliciées sur Rhône nous fait découvrir le Lyon des faits divers de la fin 19e et les débuts modernes de l’enquête criminelle. Lire la chronique.
Nouvelle venue dans le polar suédois, Sara Lövestam met en scène un détective atypique : un clandestin, sans papier, sans toit, Libre comme l’air.
Ni récit d’apprentissage, ni  essai philosophique, La vie solide est un texte à part dont on pourrait dire qu’il constitue une éthique du geste qui fabrique, écrit par un charpentier, Arthur Lochman. Un vrai coup de cœur.
Suivant le même périple qu’un célèbre cartographe du 12ème siècle, une famille syrienne fuit Homs sous les bombes : l’effrayante réalité de l’exil et la douceur du conte. La carte du souvenir et de l’espoir est le premier roman réussi de Jennifer Zeynab Joukhadar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>