Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs 2018/4

Voici les livres présentés lors du dernier rendez-vous des lecteurs samedi dernier :

Côté français, deux bonnes trouvailles dans des styles très différents :
On adore l’œuvre de Julia Kerninon. La jeune prodige sort son 3ème roman : Ma dévotion. C’est la longue adresse d’une femme de 80 ans à celui avec qui elle a partagé 40 ans de sa vie et qu’elle croise par hasard longtemps après leur séparation.
Quant à Antonin Varenne, il publie aussi son 3ème roman. Après deux romans d’aventures et de grands espaces, La toile du monde resserre son intrigue dans le Paris 1900 de l’Expo Universelle.
Restons en Europe avec le poète John Burnside. Ce (ra)conteur hors pair sait parfaitement composer des atmosphères calmes et douces, propices aux souvenirs.  Le bruit du dégel est un grand roman sur l’écoute, l’attention, la bienveillance.
On est  fasciné par la beauté du texte de Moi, Marthe et les autres, de Antoine Wauters. Le jeune belge publie chez Verdier un roman condensé, très fort sur l’instinct de survie. Lire la chronique de ce livre.
On aime aussi le catalogue des éditions suisses Zoé qui proposent en ce moment  deux romans intéressants au ton très personnel :
33 tours de David Chariandy relate l’histoire tragique de deux frères et de leur mère immigrée de Trinidad dans une banlieue anglaise. Lire la chronique de ce livre.
Elisa Shua Dusapin évoque avec délicatesse le désarroi de Claire face à son identité fragmentée. Les billes de Pachinko est un subtil roman sur les incompréhensions et les difficultés à communiquer.
Direction Lampedusa où Davide Enia a fait plusieurs séjours ces trois dernières années. Il publie La loi de la mer un texte d’une grande force sur la tragédie qui s’y déroule, donnant la parole à tous ceux qui sont forcés par l’Histoire à agir : sauveteurs , médecins, migrants, pêcheurs …
Traversons l’Atlantique jusqu’en Guadeloupe au cœur du dernier roman de Gisèle Pineau, Le parfum des sirènes. Qui a tué la belle Séréna et pourquoi ?
Enfin le dernier roman de J M Coetzee (Prix Nobel de littérature en 2003) , L’Abattoir de verre, est en fait la réunion de plusieurs fragments écrits à des dates différentes. Mis bout à bout, ils composent le portrait d’un personnage cher à l’auteur et qui avait fait l’objet d’un de ses meilleurs romans : Elizabeth Costello.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>