Les Suprêmes chantent le blues d’Edward Kelsey Moore

A PLes supremes chantent le blueslainview  Indiana, Forrest Payne, le patron octogénaire du sulfureux club de Striptease Le Pinkslipper , s’apprête à épouser Béatrice Jordan, une dévote exaltée de 82 ans, adepte de la Calvary Baptist Church, qui n’a pas son pareil pour exprimer sa ferveur et son aversion pour les fornicateurs de tout poil avec force gesticulations et vociférations.

Autant dire que cette union pour le moins surprenante  fait jaser, et chez Earl, la gargote locale où les habitants se retrouvent pour échanger des potins, les langues vont bon train. D’autant plus que pour jouer son morceau de blues préféré le jour de ses noces, le futur marié fait appel à son vieil acolyte et guitariste :  El Walker qu’on n’avait plus revu dans les parages depuis une petite quarantaine d’années.

L’arrivée en ville du vieux bluesman va bouleverser les coeurs et raviver  des souvenirs parfois douloureux…

Passé tourmenté, blessures d’enfances, drogues et alcoolisme, poids des conventions sociales et de la religion, Edward Kelsey Moore met à jour les fêlures de ses personnages sans jamais tomber dans le pathos.

L’humour et l’amitié dominent  dans ce beau roman musical autant par la langue qui y est donnée à lire que par la bande son qui jalonne l’histoire . Le climat qui y règne est empreint de générosité et démontre que la résilience est toujours possible quand les comptes se règlent dans la bienveillance. Une lecture plaisante et revigorante !

Empruntez Les Suprêmes chantent le blues

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>