Genie et Paul de Natasha Soobramanien

Genie et PaulLa collection « Continents noirs » chez Gallimard accueille la littérature d’auteurs africains ou d’ascendance africaine. Scholastique Mukasonga, Koffi Kwahulé, Bessora, Ananda Devi et Natacha Appanah, pour ne citer que les plus connus, figurent à son catalogue, que rejoint aujourd’hui Natasha Soobramanien. Genie et Paul est le premier roman de cette anglaise d’origine mauricienne. Le clin d’oeil à « Paul et Virginie » est affirmé et comme dans le roman de Bernardin de Saint Pierre, il est question ici de la nostalgie du paradis perdu.

Lorsque le roman commence, Genie sort du coma quelques jours après un incident survenu dans une soirée où elle était avec son grand frère Paul. Incident dont elle ignore tout, la mémoire l’ayant momentanément quittée. Ce qu’elle sait, en revanche, c’est que Paul s’est volatilisé. Cette disparition volontaire déclenche une enquête et un voyage de Genie sur les terres mauriciennes à la recherche de ce frère qui fait tout pour ne pas être retrouvé.

Cette lecture, outre qu’elle est très agréable (grâce autant à l’auteur qu’à la traductrice, Natacha Appanah) fait naître des interrogations sur l’exil et l’acculturation, sur l’accueil et le rejet. Et si « Génie et Paul » était la pépite de la rentrée littéraire ?

Bientôt disponible à la médiathèque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>