La vie parfaite de Silvia Avallone

La vie parfaite 2Adèle monte dans le bus 22 qui relie la cité des « Lombriconi » au centre de Bologne.
Elle vit dans cette cité sale et délabrée, désertée par les hommes, où les jeunes, désoeuvrés, s’adonnent à la drogue et l’alcool et où les femmes tentent de survivre.
Elle vient d’avoir 18 ans et part accoucher seule. Adèle ne souhaite pas que sa fille mène la même existence qu’elle et devienne une perdante prisonnière de ce quartier. Elle envisage de la confier à l’adoption parce qu’elle désire une vie meilleure pour elle : « une vie parfaite ».
Dora, 30 ans, est mariée à Fabio. Elle vit du bon côté de Bologne en plein centre ville, quartier où tout est propre et luxueux, et où les gens sont élégants. Elle a tout réussi dans sa vie, sauf être maman. Après des années de FIV ratées, son désir de maternité se transforme en obsession et mine son mariage.
Malgré son existence aisée, Dora partage avec Adèle ce même sentiment de peur et de confusion.
Pour l’une, la douleur de devoir donner la vie à celle qu’elle ne verra pas grandir. Pour l’autre, la souffrance de se sentir diminuée sans enfant.
Silvia Avallone choisit de nous faire vivre alternativement aux côtés de ces deux femmes en plein questionnement sur leur maternité mais depuis des angles différents.
Ce roman est porteur d’un message sociologique et politique et brosse le portrait d’une Italie populaire à la dérive : « Une vie imparfaite ».

Un livre coup de poing. Inoubliable.

Emprunter « La vie parfaite »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>