La distance qui nous sépare de Renato Cisneros

CISNEROSMon père, ce zéro
Sévère et brutal avec son entourage tout en se montrant – parfois- aimant avec ses nombreux enfants, féru de littérature (son frère et son grand-père sont des poètes reconnus) le père de Renato Cisneros est aussi un chantre de la dictature, allié de Videla et de Pinochet. Ministre de l’intérieur sous la dictature militaire péruvienne de 68 à 78, il conduit la répression contre le Sentier lumineux. Grand promoteur de la torture, il fait plusieurs déclarations qui font polémique. Par la suite, dans les années 90 il sera poursuivi pour « outrage à la nation » puis, à sa mort en 1995, il sera inhumé avec les honneurs en tant qu’ancien ministre d’Etat.

De la même façon qu’un parent n’est jamais prêt à perdre son enfant, un fils n’est jamais préparé à exhumer son père. Et c’est avec un grand courage et avec aussi sensibilité et intelligence, que l’écrivain péruvien questionne son histoire familiale et  fouille son enfance à la recherche des liens qui l’unissaient à son père.

Empruntez La distance qui nous sépare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>