Direction Fiction le rendez-vous des lecteurs 2016/4

Voici un aperçu des livres présentés lors du rendez-vous des lecteurs, samedi dernier à la médiathèque.

Des romans autour des thèmes du terrorisme, de la guerre, de la pauvreté aux Etats-Unis, du manque de moyen de la police. Bref, le monde va mal et la littérature traduit cela. Mais nous avons eu aussi notre lot d’amour avec un roman délicat et notre lot de frissons avec un thriller.

Dans A la fin le silence, Laurence Tardieu nous livre un récit introspectif au ton juste et sincère, qui revient sur l’année 2015. Cette année-là, elle a perdu la maison de ses grands-parents et a aussi perdu pied pendant un temps, juste après les attentats de janvier.

Si on compte bien, Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, ça fait 1001. Salman Rushdie a choisi un conte à la façon des 1001 nuits, pour nous raconter la lutte cosmique que se livrent les djinns à travers les siècles pour faire triompher le Bien de l’obscurantisme.

Le dernier roman de Fouad Laroui, Ce vain combat que tu livres au monde, fait froid dans le dos. Il montre comment un homme intellectuel parfaitement intégré peut prendre les chemins de la haine.

Coup de cœur de notre libraire, le premier roman de l’américain Smith Henderson dresse le portrait saisissant de l’Amérique pauvre des années 80 dans la Yaak Valley, Montana.

Un autre premier roman très remarqué puisqu’il a obtenu le prix du premier roman étranger de Chambéry, Comme si j’étais seul reviens sur la guerre en ex-Yougoslavie. L’auteur est l’italien Marco Magini

Les deux pigeons d’Alexandre Postel, ce sont Théodore et Dorothée, un jeune couple qui peine à trouver sa place dans une société très codée. L’auteur pose sur ses personnages, parfois comiques à leur corps défendant, un regard attachant.

C’est dans le huis-clos d’une voiture de police que se joue le destin d’un clandestin reconduit à la frontière par trois flics. Police de Hugo Boris, est un roman court et nerveux, hyper réaliste, qui met en lumière la profession de gardien de la paix.

Le dernier roman de Alain-Claude Sulzer, Post-scriptum, raconte la brève rencontre entre un acteur venu se reposer dans un hôtel luxueux des Alpes suisses, et le postier du village, Walter. Sur fond d’amours interdites, de menaces politiques (on est dans les années 30) et de différences sociales, cet texte magnifique retrace une histoire d’amour qui sera diversement vécue par l’un et par l’autre.

Un tueur très talentueux, dont les scènes de crime sont agencées à la façon de célèbres tableaux, est recherché par un inspecteur flanqué de trois mamies. Portrait de groupe avec parapluie de Violette Cabesos est un polar érudit et drôle.

Ecoutez ces écrivains parler de leurs livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>