Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs #3

 

Retour sur le dernier rendez-vous des lecteurs, Direction Fiction à l’heure du café, qui s’est tenu samedi dernier. Voici les titres présentés :

La valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia revient sur les derniers jours de Vincent Van Gogh à Auvers/Oise. De très belles pages sur le travail du peintre et surtout, une hypothèse inédite et crédible à propos de sa mort.

Fable animalière dans laquelle un lion cristallise les passions pendant la Révolution Française, Histoire du lion Personne est la peinture d’une époque folle et cruelle …pas très éloignée de la nôtre. Par Stéphane Audeguy.

Dans l’Amérique profonde de la Grande Dépression, une famille est décimée par un serial killer. Tous les vivants revient sur cette sinistre histoire vraie, qui a inspiré le film La Nuit du chassseur, et est magnifiée par l’écriture créative de Jayne Anne Phillips.

Les virus et les bactéries dominent les êtres vivants, hommes et animaux. Voilà la leçon de Paule Constant dans ce roman puissant sur la traque d’un virus, le long des rives de la rivière Ebola. Le titre : Des chauves souris, des singes et des hommes.

Toute l’œuvre de Philippe Forest parle de la disparition.  Crue est un bouleversant roman psychanalytique sur le temps et le cycle de la vie.

Le grand jeu est un roman philosophique qui nous demande si on peut vivre « hors du jeu », c’est-à-dire, hors de la vie. Une lecture exigeante qui nous questionne comme une œuvre d’art. Par la déroutante Céline Minard.

Second roman de la prodige Julia Kerninon, Le dernier amour d’Attila Kiss est la trajectoire d’une vie, déviée par la survenue d’un amour tardif. Un très beau roman d’amour, mais surtout un texte totalement original.

Roman d’apprentissage dans l’Espagne des années 80, Soyez Imprudents les enfants est le dernier titre de Véronique Ovaldé dans lequel on retrouve sa plume fantasque. Ses romans sont des voyages, des aventures à travers le temps et la géographie. Un vrai régal.

Premier roman de Gael Faye, en lice pour le Goncourt, Petit pays revient sur le génocide rwandais à travers l’évocation des souvenirs de l’auteur-narrateur qui a passé son enfance au Burundi, pays siamois du Rwanda.

Une femme devra remettre en cause tout ce en quoi elle croyait- éducation, religion, valeurs – pour sortir du chaos et sauver les siens. Avec la mort en tenue de bataille est un roman dur avec en toile de fond, la guerre civile espagnole. Par José Alvarez.

A vos agendas : retrouvons-nous le 10 décembre à 14h pour le prochain rendez-vous. Et en attendant, ne manquez pas la rencontre avec Sébastien Berlendis et Jacky Schwatzmann

+ d’infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>