Direction Fiction 2015-5

Voici les livres dont nous avons parlé lors du dernier rendez-vous des lecteurs, Direction Fiction.

Beaucoup de romans tirés d’histoires vraies :

L’espagnol Javier Cercas revient avec L’imposteur, qui retrace l’histoire d’Enric Marco. Un grand roman en forme d’enquête sur l’une des icônes historiques du pays, porte parole des déportés espagnols, combattant anti-franquiste … mais menteur de première classe.

 Laird Hunt s’attache à raconter un évènement méconnu mais là aussi bien réel : la participation des femmes à la Guerre de Secession. Neverhome est une grande fresque sur la guerre, dont l’héroïne risque doublement sa vie : au combat avec l’ennemi et au peloton d’exécution si elle est démasquée par ses pairs.

Autre roman d’après un épisode réel : Marie Curie prend un amant d’Irène Frain. Le titre est celui d’une gazette à scandales de 1911. Quand l’affaire éclate au grand jour, un lynchage médiatique s’abat sur la scientifique et la détruira.

Puis deux récits biographiques :

Eva de Simon Liberati est le portrait amoureux de Eva Ionesco. C’est une fascination plus ou moins consciente pour l’ex enfant-objet, croisé de loin en loin dans les nuits parisiennes ; fascination devenue amour absolu qui le conduira à épouser Eva.

Les éditions Zulma nous font redécouvrir William Saroyan, un écrivain arméno-américain, ayant connu le succès dans les années 40 et 50. C’est à la demande de son fils, Aram, qu’il raconte, dans Papa tu es fou, la belle relation qu’il entretient avec son fils, alors que celui-ci a 10 ans et que sa mère l’autorise à passer quelques temps avec lui. Un livre qui fait vraiment du bien.

Pure fiction que Les derniers jours du Condor de James Grady. Le Condor, qu’on avait quitté en 74 avec les Six jours du Condor (adapté au cinéma sous le titre « les trois jours du condor » avec R. Redford dans le rôle de l’espion) revient 40 ans plus tard. Un roman d’espionnage virtuose où la paranoïa est à son sommet.

 Histoire d’Irène, le dernier livre de Erri de Luca contient trois courtes nouvelles épurées à l’extrême. La mer est le motif principal de l’écrivain napolitain. La mer comme source de toute vie, et comme refuge.

L’écrivain turc Hakan Günday a reçu le prix Medicis étranger pour Encore. Un roman à charge contre ceux qui exploitent le drame des migrants en en faisant un business lucratif  et contre ceux qui laissent faire : passeurs, police, gouvernement turc et gouvernements européens.

A vos agendas :

La médiathèque vous annonce la venue de Paola Pigani le 6 février 2016, pour une rencontre-dédicace avec ses lecteurs.

Le prochain rendez-vous Direction Fiction aura lieu le samedi 12 mars 2016. Il sera consacré pour moitié aux nouveautés et pour moitié au Festival Quai du Polar à travers la présentation d’une sélection de titres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>