Un monde flamboyant de Siri Hustvedt

Un monde flamboyant de Siri Hustvedt

Harriet Burden a été une artiste plasticienne ignorée par le monde de l’art de son vivant. Elle fait l’objet d’un travail universitaire et ce roman est l’enquête préparatoire à cette étude. Se succèdent des entretiens avec des personnes qui l’ont connue (ses enfants, amis, critiques d’art) et des fragments de son journal intime. Une polyphonie bien maîtrisée pour dessiner le portrait de cette femme hors du commun.

Harriet a longtemps été mariée avec un célèbre galeriste de Manhattan, qui faisait la pluie et le beau temps au sein du petit cercle des grands noms de l’art contemporain. Elle a été la gentille hôtesse de tous ces messieurs, celle qui tient le plateau des petits fours en souriant. Une mise à l’écart consentie par Harriet elle-même. Car il faut bien aimer, faire des enfants, s’en occuper, etc.

Mais à la mort brutale de son mari, le besoin de renouer avec sa vocation première se fait ressentir. Harriet commence à créer des petits objets puis des installations plus grandes. Son activité génère des rencontres avec des artistes invisibles aux yeux du monde, mais d’une richesse intérieure incroyable. Plus son travail avance, plus Harriet a besoin d’exposer. Mais elle sait qu’en tant que femme, et aussi « femme de », son travail n’a aucune chance d’être pris au sérieux. Elle fait donc appel à trois hétéronymes, chargés d’exposer 3 de ses oeuvres majeures « Boîte d’empathie », « Chambres de suffocation » et « Le monde flamboyant ».

Créer un personnage imaginaire aussi fort et complexe (son histoire, sa trajectoire, ses désirs et regrets, sa psychologie profonde) et lui créer tout une oeuvre plastique, voilà un défi relevé haut la main par la romancière. Tout est cohérent, tout a du sens. Harriet est tellement vivante sous la plume de sa créatrice qu’on pourrait croire qu’elle a réellement existé. Nous aimerions avoir la chance de voir son oeuvre.

Voici un immense roman qui rappelle l’absence des femmes parmi les artistes vivants exposés aujourd’hui. La plupart d’entre nous connaissons au moins une dizaine de noms d’artistes contemporains internationaux. Mais qui peut citer les noms de seulement 3 plasticiennes – vivantes – reconnues dans le monde entier ?

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-

Une réflexion sur “ Un monde flamboyant de Siri Hustvedt ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>