Tout ce que j’aimais de Siri Hustvedt

Tout ce que j’aimais est une histoire  Siri Hvertigineuse, ambiguë et perturbante.
Siri Hustvedt nous invite dans ce roman à faire un voyage à travers l’étrangeté de l’existence et les contrées inquiétantes de l’âme humaine.
A New York, dans les années 1970, deux couples d’artistes partagent les mêmes rêves de liberté de l’époque et se retrouvent, vingt ans plus tard, rattrapés par les turbulences de la vie, au bout de leur beau rêve.
Ils vivent sur les mêmes rythmes dans les milieux artistiques, fondent leur famille, s’installent dans des appartements voisins et croient pouvoir vivre une amitié éternelle. Rien ne les a préparés aux coups dont le destin va les frapper, ils vont vivre et traverser des tragédies qui vont radicalement changer le cours de leur vie : des histoires parallèles remplies de failles, d’angoisses, de douleur, de séparations et de déchirures (perte d’un enfant à la toxicomanie d’un autre).
Ce n’est pas un hasard si Siri Hustvedt dédie son livre à Paul Auster. On y retrouve les mêmes thèmes, les mêmes intentions ainsi que et le triomphe de l’humanité qui illumine la fin de ce roman bouleversant.

> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <

Retrouvez Siri Hustvedt à Lyon le 19 mai 2014,  à l’occasion des Assises Internationales du Roman, conçues et organisées par Le Monde et la Villa Gillet, en collaboration avec les Subsistances et France Inter.

Elle rencontrera ses lecteurs à la bibliothèque municipale de Brindas et à la librairie Passages à Lyon, le 20 mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>