Un été sans les hommes de Siri Hustvedt


Mia quitte New-York lorsque son mari Boris lui annonce désirer faire une pause après trente ans de vie commune. Pause qui revêt les traits d’une jeune et charmante française collègue de travail de ce-dernier.
Mia part pour le Minésota prés de sa mère qui est en maison de retraite. L’opportunité pour celle-ci de reprendre pied après après un épisode d’intense souffrance et un séjour en hôpital. Cet « été sans les hommes » est l’occasion pour notre héroïne de côtoyer les femmes et leurs destins à tous les âges de la vie. En effet, elle donne des cours de poésie à un groupe d’adolescentes, fréquente et soutient sa voisine, jeune mère de famille en crise avec un mari trop absent, et les copines de sa mère à la maison de retraite.
Siri Hustvedt nous offre un récit sur la guérison avec humour, poésie et lucidité non sans ironie. C’est aussi une réflexion sur une réalité dominée par la culture patriarcale et les différents chemins empruntés par les femmes pour s’accomplir, se consoler et aimer malgré tout. le récit est agrémenté de poésies, citations, et même de petits dessins.
La part autobiographique nous effleure à la lecture de ce roman, l’auteure étant l’épouse de Paul Auster. A la question « que cherchez-vous dans la fiction ? », elle répond : « s’imaginer ce qui n’est pas, mais qui aurait pu être. »

Siri Hustvedt est auteure de poésies, romans, essais sur l’art et la neurologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>