Les oliviers du Négus de Laurent Gaudé


Je suis en train de lire Les oliviers du Négus, de Laurent Gaudé. Ou plutôt : je suis en immersion totale dans ce recueil de nouvelles. Lire cet auteur, c’est rentrer dans un univers à part, décrit dans une langue superbe : précise et envoutante.

J’en suis à trois nouvelles, il ne m’en reste qu’une, que je garde précieusement quelques jours encore (d’autant que l’on m’a dit que c’était la meilleure !)

Le Négus, c’est le surnom de Zio, revenu transformé de la guerre d’Ethiopie, avec un chasse-mouche d’Abyssinie, une haine farouche du Duce, et une certaine forme de folie qui le pousse à parler aux arbres plus qu’aux êtres humains…

La folie des hommes face à leurs conquêtes, face à la nature et surtout face à la mort, est au cœur de toutes les nouvelles de ce recueil. Devant ces éléments qui les dépassent, chacun se conduit à la fois avec grandeur et humilité.

A la veille de la chute de Rome, ou dans les tranchées de 14-18, ce qui se joue est à la limite du surnaturel. Une certaine vision de l’enfer portée par les hordes barbares ou par un étrange Golem conçu par la terre elle-même pour se venger des hommes qui la meurtrissent…

Le sujet peut vous sembler bien sombre pour une lecture d’été ? Mais la beauté des textes comme la force des personnages font de ces récits courts de véritables bijoux qu’il faut de toute urgence découvrir !

Et pour en savoir plus…
Le site de l’auteur :
http://www.laurent-gaude.com/

Photo de Mistinguette 18 (Flickr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>