Discours sur l’origine de l’univers de Etienne Klein

D’où vient l’univers ? qu’était-il avant d’exister sous sa forme actuellement connue ? pour quoi existe-t-il ? aura-t-il une fin ? quiconque s’est laissé éblouir par le spectacle d’une nuit d’été avec le bruit des vagues en fond sonore s’est posé ces questions. Avec son Discours sur l’origine de l’univers, Etienne Klein, chercheur au Commissariat à l’énergie atomique, montre que les réponses sont encore hors de portée du cerveau humain. Si vous pensiez qu’on saurait la vérité de notre vivant, qu’on verrait le visage de Dieu au fond de l’univers à droite après la dernière planète, que l’accélérateur de particules du Cern nous livrerait la clé du mystère, c’est raté. Au terme de cette lecture, on se sent perdu et plus seul que jamais, mais reconnaissant envers l’auteur de nous avoir extirpé de notre ignorance. En effet, Etienne Klein lève le voile sur l’état des connaissances scientifiques et c’est passionnant. D’abord on parcourt l’histoire de l’étude de l’univers en tant qu’objet de science. Puis, on s’attaque aux choses ardues : déconstruction de l’idée que le néophyte se fait du big bang (« un piège sémantique ») qui impliquerait qu’il y ait eu un instant zéro. Or, nous apprenons que ce fameux big bang n’a été qu’un moment de l’histoire de l’univers (qui, sans vouloir vous faire peur, pourrait sans doute se reproduire, et mieux vaudrait ne pas être dans les parages, vu les conditions physiques qui règnent à ce moment-là), que « quelque chose » existait avant et qu’on n’est pas près de pouvoir décrire cet « avant » à cause d’un mur (le mur de Planck). Cependant, les scientifiques s’attaquent courageusement à cet Everest sur la base de 3 théories principales, notamment celle qui imagine la superposition de plusieurs dimensions de notre univers, pouvant entrer en contact les unes avec les autres au gré de « vibrations ».
Vous l’aurez compris, ce n’est pas une lecture de plage. Quoique ? : Etienne Klein s’adresse au grand public. Avec des mots simples, des analogies marrantes, et même des bons mots, il nous fait toucher du doigt des concepts vertigineux et nous fait partager des connaissances qui ne sont pas l’affaire des savants uniquement, mais aussi l’affaire de quiconque s’est laissé éblouir par le spectacle d’une nuit d’été avec le bruit des vagues en fond sonore.

Retrouvez Etienne Klein aux Assises le samedi 28 mai à 21h, en compagnie de l’écrivain Maylis de Kerangal et du philosophe allemand Hartmut Rosa autour d’une table ronde sur « la mondialisation : vertige du temps et de l’espace »

7 titres sont disponibles à la Médiathèque, dont Discours sur l’origine de l’univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>