Ces montagnes à jamais de Joe Wilkins

ces montagnes à jamaisAvec ce premier roman à la fois sombre et poétique,  Joe Wilkins rejoint les grands auteurs du Montana  en délivrant un récit puissant chargé en émotion où la Nature grandiose est au centre du récit.

Ces montagnes, ce sont les Bull Mountains dont l’auteur est lui-même originaire. Climat rude. (Jusqu’à – 40° l’hiver) Exploitations forestières, mines,  élevage, agriculture céréalière.  Cette région du nord-ouest des Etats-Unis, terre traditionnelle amérindienne colonisée par les trappeurs et les prospecteurs, après avoir connu un développement florissant tout au long du 19ème siècle subit depuis plusieurs crises successives.

C’est dans le contexte de 2008 (crise des subprimes) que l’on fait  connaissance avec Wendell. Les temps sont durs. Il vivote en travaillant comme homme à tout faire dans un ranch, sur des terres qui appartenaient autrefois à sa famille.  Son père, Verl, porté disparu, a pris la fuite après avoir tué un garde chasse fédéral.  De ce fait, il est devenu une véritable icône pour les ligues identitaires qui attendent de Wendell qu’il s’engage sur la voie de son illustre paternel.

Lorsque le loup fait sa réapparition dans Les Bull Mountains, l’état entend bien faire respecter les lois de régulation de la chasse. Aussitôt,  la région s’embrase.  D’un côté les fédéraux et les défenseurs du loup.  De l’autre, des ranchers armés jusqu’aux dents comptant bien en découdre avec ces blancs-becs du gouvernement ou tout autre représentant de l’ordre.

Wendell est pris dans cette tourmente et subit. On vient de lui confier la garde du fils de sa cousine toxicomane qui est en prison. Comment continuer à travailler avec  un gosse sur les bras ? Comment se débarrasser des amis de son père qui veulent l’entrainer dans des expéditions punitives démentes ? Comment parvenir à nouer un lien avec cet enfant mutique qui à six ans a déjà vécu le pire ? Faire face aux services sociaux, à son patron, à la veuve du garde chasse tué par son père ?  Il a beau faire, l’étau se resserre…

Joe Wilkins écrit remarquablement. Il prend son temps pour installer ses personnages,  puis, crescendo, nous entraine dans une spirale de violence qui contraste avec la poésie du texte tout en entretenant  une intensité dramatique sous-jacente qui tient en haleine jusqu’à la dernière page.

 

Emprunter :  Ces montagnes à jamais

 

 

Revolver de Duane Swierczynski

41dUD+CNtxL._SX195_1965 Philadelphie. Stan Walczak, d’origine polonaise, est un policier consciencieux bien qu’il préfère maintenant une certaine tranquillité, boire quelques bières. Il travaille avec George Wildey, noir, depuis que son ancien coéquipier Taney, a pu se trouver juste en dessous d’un canapé en feu lancé du haut d’un immeuble. Philadelphie est en proie à des émeutes raciales, la population noire de la ville réclame des droits et du respect. Stan et Goerge  doivent encore intervenir, mais ils attendent aujourd’hui dans ce bar un informateur qui peut leur révéler notamment des informations sur les auteurs de l’attentat contre Taney. La porte du bar s’ouvre et au lieu de ça ils font face à un revolver. Ils sont exécutés.

1995 Philadelphie. Jim est policier comme son père Stan.  Son  meurtrier présumé vient d’être libéré, et Jim veut reprendre l’enquête, démontrer enfin sa culpabilité et le renvoyer au moins en prison. Mais ce n’est pas facile, il doit aussi s’occuper du meurtre d’une jeune femme blanche que l’on a retrouvée dans les beaux quartiers de la ville.

802-duane-swierczynski2015 Philadelphie. Audrey est la fille de Jim, la petite fille de Stan, qu’elle n’a pas connu. Elle vit à Houston, où elle est élève, elle aussi, dans une école de police scientifique. Elle est surtout partie pour oublier sa famille encombrante. Elle les rejoint aujourd’hui parce que la police et la municipalité rendent un hommage à Stan et à George, morts dans l’exercice de leurs fonctions il y a cinquante ans de cela. Elle repartira demain. Sauf que. Audrey s’intéresse aussi au meurtre de son grand père. On dirait qu’elle veut mener sa propre enquête, à sa façon, directe, sans détours, un Bloody Mary quand il le faut. Va-t-elle y parvenir !?

Trois générations, trois moments de vie d’une famille, trois témoignages qui en révèlent tour à tour les aspects, étonnants. En même temps que se déroulent les enquêtes de Stan, de Jim et d’Audrey la fanfaronne. Jusqu’à ce dénouement! On aime lire ce genre de livre.

Empruntez Revolver

Richesse oblige de Hannelore Cayre

Elle s’appelle Blanche, Blanche de Rigny, elle est née sur cette île perdue de Bretagne qu’elle s’efforce d’ignorer. Cette île et son père, marin, il n’a jamais voulu de sa fille qui a tué sa femme en accouchant. Mais elle se rend à  son anniversaire, sur ce bateau, il pleut, des gens parlent ici et là. Ce groupe, 3 personnes, un homme éploré, qui vient rendre là un dernier hommage à sa jeune fiancée, morte au Népal. La presse en a parlé, un tremblement de terre, Alice l’une des victimes. Alice de Rigny. Tiens !editions-metailie.com-richesse-oblige-richesse-oblige-hd-bandeau-300x460

A l’évidence, de Rigny n’est pas un patronyme typiquement breton. Comme les Botquelen, Malgorn ou autre Jezequel. Blanche fait des recherches, se découvre une ascendance prestigieuse, dont Auguste de Rigny, sans doute son arrière grand père, fiévreux communard, au scandale de sa famille, même s’il essaie aussi d’être dispensé de cette guerre fatale contre l’ogre prusse. Alice est en somme une cousine.

Blanche, avec son amie Hildegarde et Juliette sa fillette, vont œuvrer pour entrer dans cette famille. Dont elles vont connaitre les mœurs douteuses, ou méprisantes, ignorantes au moins du bien commun. Elles vont faire en sorte de les retirer de la circulation, Blanche comme dernière héritière. Elle a avec Hildegarde des ambitions pour son pays et pour le monde ! Anarchistes peut être. Mais il faut avoir des armes, des moyens… !

Un roman truculent, où l’on s’attache au charme, à l’énergie de ces deux personnages handicapés pourtant  l’un et l’autre. Bourgeoisie qui gouverne ce monde, prends garde à toi !

Empruntez Richesse oblige

L’apiculteur d’Alep, de Christy Lefteri

L-Apiculteur-d-AlepCes deux moitiés de grenade, ce beau fruit rouge ouvert que l’on voit sur la couverture du roman,  que veulent-ils nous dire ? Peut-être représentent t-ils ces existences scindées, coupées en deux, à l’image de  celles de Nuri et Afra, ce couple de jeunes syriens condamnés à quitter la Syrie, après la mort de leur fils unique, tué lors d’un bombardement.

Nuri, apiculteur,  Afra, artiste peintre et leur petit Sami, heureux  dans leur vie à Alep sont soudain plongés bien malgré eux dans le chaos de la guerre civile. Quand une déflagration dans leur jardin leur vole la vie de leur enfant, Afra perd la vue et s’enferme dans son immense douleur. Nuri devra la convaincre de partir, il veut rejoindre son cousin à Londres, fuir la barbarie, et tâcher de se reconstruire, d’élever un nouveau rucher peut-être. Il paraît qu’à Londres aussi il y a des abeilles, différentes des abeilles syriennes, mais tout aussi aptes à vous offrir leur miel…

Christy Lefteri, parmi tous les réfugiés qu’elle a côtoyés, lors d’une mission humanitaire dans un camp de réfugiés à Athènes, choisit de nous faire vivre au plus près de ce couple en exil. Elle nous conte les vicissitudes du départ, les espoirs déçus, la cupidité des passeurs, la violence des camps, l’entraide et la solidarité aussi.

Alternant le récit de la vie heureuse à Alep avec les étapes de l’exode, ce long périple incertain semé d’embuches, de violence, de terreur, mais aussi riche d’amour, d’amitié et de fraternité, elle compose un magnifique roman sur la résilience.

Comme  Louis-Philippe Dalembert dans « Mur Méditerranée« , ou encore Fabien Toulmé dans son beau roman graphique « L’Odyssée d’Hakim« , Christy Lefteri apporte au lecteur un éclairage plein d’humanité sur ces personnes qui ont tout quitté, non pas par choix, mais pour tout simplement essayer de rester en vie et de se reconstruire ailleurs.  Ces regards étrangers que l’on croise parfois au détour d’une rue ou au feu rouge, que l’on nomme sans papiers, migrants, réfugiés ou demandeurs d’asile, et nous rappelle juste qu’ils sont avant tout des êtres humains en détresse à la recherche d’une vie plus digne.

Emprunter L’apiculteur d’Alep

 

La Bibliothèque Idéale de Dominique

Hérétiques-HD-300x460Tout l’été, partez à la rencontre de nos lectrices et lecteurs à travers leur univers culturel. Vous aussi, dites-nous quels livres/films/musiques vous aimez, ça nous intéresse ! Envoyez votre liste de documents à  mediatheque@mairie-decines.fr

Aujourd’hui, découvrez la Bibliothèque Idéale de Dominique :

«Etranges étrangers» a écrit Jacques Prévert
Vous qui nous racontez de si loin des histoires qui nous touchent de si près. Sous le feu ou la glace, depuis les forêts, du haut des montagnes, du bord d’un lac, du fond d’un désert, chez vous aussi on rit, on pleure, on cherche, on attend, on aime, on se désespère et on rêve, on part et on revient.
Je vous attends au détour des pages comme des bateaux pour des voyages infinis.

ALBUMS
Une vieille histoire / Susie Morgentern
Le dernier des géants / François Place

ROMANS
Les ombres de l’Araguaia / Guiomart de Grammont
La tache / Philippe Roth
Si un inconnu vous aborde / Laura Kasischke
Journal de travail / John Steinbeck
Seul le silence / R J. Ellory
La file indienne / Antonio Ortuño
Goat mountain / David Vann
A la mesure de l’univers / Jon Kalman Stefansson
Scintillation / John Burnside
Le cœur tambour / Scholastique Mukasonga
Trois carré rouge sur fond noir / Tonino Benacquista
Kinshasa jusqu’au cou / Anjan Sundaram
Daddy Love / Joyce Carol Oates
Zabor ou les psaumes / Kamel Daoud
Le vent qui siffle dans les grues / Lidia Jorge
Leviathan / Paul Auster
Ici n’est plus ici / Tommy Orange
La légende de Santiago / Boris Quercia
Et … n’importe quel titre de Leonardo Padura

La Bibliothèque Idéale de Raymonde

000Tout l’été, partez à la rencontre de nos lectrices et lecteurs à travers leur univers culturel. Vous aussi, dites-nous quels livres/films/musiques vous aimez, ça nous intéresse ! Envoyez votre liste de documents à  mediatheque@mairie-decines.fr

Aujourd’hui, découvrez la Bibliothèque Idéale de Raymonde :

« Un peu de lecture, ça ne peut pas faire de mal» comme l’a répété, tous les samedis pendant des années, Guillaume Gallienne, sur France Inter.

o    Deux livres brefs et pleins de sagesse, à la portée de tous, écrits dans leur vieillesse, par deux savants réputés internationalement
o    Un livre illustré pour les enfants, plein de poésie pour les amoureux de la littérature de 7 à 77 ans
o    Trois beaux livres qu’on a envie de se faire offrir à Noël et qu’on feuillette en dégustant chaque page, chaque image comme une invitation à un voyage immobile
o    Deux livres à l’humour doux ou sarcastique qui nous font rire parfois d’un rire jaune, parfois d’un rire franc, mais toujours pour un rire salutaire
o    Un livre d’historien dense mais découpé en chapitres courts titrés d’une phrase résumante, qui nous emmène dans les différentes périodes de notre histoire
o    Un roman policier à l’intrigue mêlant la science, la recherche archéologique, la mort de trois octogénaires et le suspense bien sûr
o    Deux livres de science fiction pour s’évader dans un univers proche ou lointain, déroutant ou merveilleux, entraînés par une langue ou des images créatives
o    Quatre romans qui nous disent, la Comédie humaine du XXI ème siècle vue par Virginie Despentes, le drame de l’épidémie de poliomyélite touchant essentiellement la jeunesse de Philip Roth, les parcours de vie bousculés par l’exil par deux écrivains orfèvres de la langue française
o    Trois témoignages, dont le premier entre en résonance avec nos souvenirs de couleurs de l’enfance, le deuxième révèle une chanteuse et musicienne de rock en poétesse et le troisième emmène dans la Chine de Mao, à la difficile initiation à la calligraphie chinoise
o    Et un dernier, des jeux d’écriture, pour le plaisir des yeux et les exercices de la main.

Et pourquoi pas, en sortant papier, plumes, encre, feutres, crayons de couleurs pour écrire «de sa belle plume» quelques mots, une phrase…au gré de son imagination.  »

Réflexions personnelles :
C’était mieux avant / Michel Serres
Le sel de la vie / Françoise Héritier
Un livre pour petits et grands :
Pierrot ou les secrets de la nuit / Michel Tournier
Des beaux livres :
Château de Versailles, petit inventaire ludique …/ Sandrine Rosenberg
Voyages en France : guide du routard
Le monde nouveau de Charlotte Perriand
De l’humour :
Mon chien stupide / John Fante
L’analphabète qui savait compter / Jonas Jonasson
Un livre d’historien :
Une histoire populaire de la France / Gérard Noiriel
Un policier :
Quand sort la recluse / Fred Vargas
De la science-fiction :
Revoir Paris / François Schuiten et Benoît Peeters
Les furtifs / Alain Damasio
Des romans :
Némésis / Philippe Roth
Ame brisée / Akira Mizubayashi
Vernon Subutex / Virginie Despentes
Le vent reprend ses tours / Sylvie Germain
Des témoignages :
Passagère du silence : 10 ans d’initiation en Chine / Fabienne Verdier
Jeux d’écriture, recherches calligraphiques et textures / Denise Lach

Trois petits tours et puis reviennent de Kate Atkinson

Les lecteurs de Kate Atkinson gardent un tendre souvenir du détective privé Jackson Brodie. On le rencontre plusieurs fois, dans La Souris bleue en 2004, ou dans  Les choses s’arrangent mais ça ne va pas mieux en 2006. Un personnage qui a des façons toutes britanniques de faire face.CVT_trois-petits-tours-et-puis-reviennent_7556

Jackson n’avait  pas vraiment trouvé l’intérêt de l’angoisse existentielle. Si on n’aimait pas quelque chose, on le modifiait, et si on ne pouvait le changer, on prenait sur soi et on avançait. Rappelle-moi de ne surtout pas m’adresser à toi si je cherche un thérapeute dit Julia.

Nous retrouvons enfin Jackson Brodie dans ce nouvel opus, détective encore, un fils, Nathan, ado, dont il partage la garde avec Julia dont il est séparé. Julia, dixit, a son petit caractère, que Jackson supporte avec cette grandeur d’âme. Même s’il lui arrive de soupirer.

D’autres personnages : Katja et Nadja, roumaines, elles ont trouvé un travail de serveuse à Londres grâce à une agence de recrutement. Thomas, Andrew et Vince, des joueurs de golfs, amis le club en main, dans ce lieu propice aux distinctions. C’est Steeve, l’ami de Vince, qui lui à permis de faire ces rencontres. Cristal encore, la femme, belle femme de Thomas, qui a eut une enfance difficile, très difficile, et qui profite aujourd’hui de la situation de son mari.  Reggie et Ronnie aussi, deux jeunes inspectrices vives et efficaces, à qui l’on soumet une vieille affaire pas toute encore élucidée, l’affaire Bassani et Carmody, organisateurs d’un réseau pédophile.

AVT_Kate-Atkinson_6343

Tous ces personnages se retrouvent étrangement dans le dénouement de cette enquête, qui révèle aussi d’autres actes délictueux. Dont Cristal est au centre, victime hier, spectatrice éberluée aujourd’hui. Jackson de son côté fait de son mieux. On jubile de retrouver le détective, et on apprécie aussi ce roman, sa construction,  son petit monde, l’enquête, ses sombres révélations.

 

Empruntez Trois petits tours et puis reviennent