Archives du mot-clé Williamson

Bienvenue à Oakland de Eric Miles Williamson


Que ceux qui pensaient somnoler tout l’hiver, chaudement calfeutrés dans leur chaumière à l’abri de tout questionnement sociétal se rassurent ! Avec Bienvenue à Oakland, Eric Miles Williamson déboule chez vous, vous extirpe de votre cocon douillet à grands coups de phrases assassines et met à bas tous les clichés relatifs à l’exclusion qui nourrissent nos imaginaires.

T-Bird a dans les trente ans. Fils d’émigrés irlandais grandi à Oakland, abandonné par sa mère et élevé à la « va comme je te pousse » par un père qui n’est pas le sien. Il vivote tant bien que mal. Son monde à lui, c’est les boulots difficiles, très difficiles : le béton, le bitume, les usines, le ramassage des ordures… Son quotidien, c’est le froid, la solitude, la misère sexuelle. T-Bird raconte l’Amérique d’en bas, celle des travailleurs épuisés qui ne parviennent ni à finir le mois, ni à se loger dignement et encore moins à espérer mieux pour l’avenir. Pris à la gorge par les pensions alimentaires, voués à la l’isolement moral et au système D, ils se retrouvent au bar pour échanger leurs désespoirs devant un mauvais whisky frelaté.

Extrait :
« Rien ne me rend plus heureux que de vivre dans un trou, et je dois dire que j’ai vécu dans des sacrés trous de merde. J’ai vécu dans des cabanons de jardin qui puaient l’engrais et la tondeuse à essence, dans des entrepôts de matériaux de construction où j’inhalais des gaz d’échappement à longueur de nuit, dans des box soi-disant aménagés mais qui en fait ne l’étaient pas, avec sol en béton et établis branlants contre les murs, dans des relents de pisse de chat et d’opossums crevés. Ou alors, quand je trouvais où me garer sans avoir à me soucier des flics, des voisins, des commerçants et des veilleurs de nuit, je pionçais à l’arrière de mon break.»