Archives du mot-clé Viel

Article 353 du code pénal de Tanguy Viel

La rentrée littéraire de cet hiver 2017 nous offre le plaisir de lire un nouveau roman de Tanguy Viel.

Il dresse iciviel le portrait de Martial Kermeur, un ouvrier breton qui a subi de plein fouet la désindustrialisation du Finistère. Il commet l’erreur de croire au mirage du promoteur Antoine Lazenec. Ce dernier, beau parleur, envisage de développer un complexe immobilier qui doit doper l’économie locale : l’aménagement d’une station balnéaire à Brest. Ce Saint-Tropez breton ne verra jamais le jour, Kermeur aura perdu dans cette sinistre affaire toutes ses économies. Lazenec quant à lui, perdra la vie.

Martial Kermeur est arrêté et, convoqué par un juge, doit expliquer ce qui l’a conduit à jeter par-dessus bord Lazenec article353au cours d’une balade en mer. Une partie de sa vie va donc être déroulée.
Le récit à la première personne nous embarque dans la tête du  personnage. Pourtant, cela nous oblige à porter un regard distancié sur la situation qu’il décrit. La bassesse de l’escroquerie nous saute au visage. L’écriture se donne des airs d’oralité et l’on écoute Martial Kermeur : on est presque à la place de ce juge à qui il raconte son histoire.

Lire  Article 353 du code pénal nous implique au-delà d’une simple lecture.  Une fois le livre refermé, Martial Kermeur occupe encore notre esprit.

> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-

La disparition de Jim Sullivan

UTanguy Vieln roman en forme d’exercice littéraire ? Et là, je vous vois piquer du nez… Et bien non. Allez-y, lisez-le !

Tanguy Viel  nous livre un roman très français et l’un des meilleurs romans américains du moment.
Un roman très malin. Son truc… Il utilise l’écriture elle-même. Il déroule sous nos yeux la gestation et le processus du bouquin. Pour nous la sensation de lire une écriture qui s’invente, un livre qui se construit.

Il est parti d’un constat ma bibliothèque se vide des romans français au profit des romans américains. La littérature française n’aurait-elle pas su prendre le train d’une littérature monde ?

Il ne lui en fallait pas d’avantage …Son dernier roman sera un roman américain.
Alors vous vous dites…Non, stop j’abandonne d’avance.

Et bien non Tanguy Viel s’est mis au clavier et va nous dérouler un très bon roman de ceux dont les pages tournent seules…

Nous suivrons un personnage,  Dwayne Koster. Oui  Dwayne est professeur d’université, un peu sur le retour, un peu médiocre, un peu trompé par sa femme, qu’il trompe lui-même, oui l’amant de celle-ci est professeur d’université comme lui et bien sûr plus brillant….
Et encore, …Une jeune étudiante pas si fleur bleue, un barbecue avec les voisins, une histoire sombre de trafic qui tourne mal et même les guerres du Viêtnam et d’Irak.

Tout cela en 153 pages d’une écriture dense, simple, limpide.
Les ingrédients « classiques » du roman américain actuel. Cela suffit-il à faire un bon roman, non.
Mais le livre de Tanguy Viel est un très bon roman et cela qui compte, pour vous, pour nous….

La disparition de Jim Sullivan