Archives du mot-clé Trueba

Blitz de David Trueba

trueba Une rupture inattendue et cruelle
Beto et Marta, un jeune couple d’espagnols, se trouvent à Munich afin de défendre leur projet de jardin dans un concours d’architecture paysagère. Beto est à la tête d’une agence qui est sur le point de disparaître, faute de clientèle. Sa mélancolie est accentuée par une mauvaise estime de soi qui le rend assez passif dans tous les domaines de sa vie. Y compris avec sa jeune femme Marta, qu’il a épousée il y a 4 années et dont il se glorifie intérieurement d’avoir guérie d’un chagrin d’amour cuisant.

Mais voilà qu’à Munich, alors qu’il est à quelques mètres de Marta, celle-ci lui envoie par erreur un sms. « Je ne lui ai encore rien dit. Je t’aime ». Beto garde la face et laisse repartir sa femme auprès de son ex, un chanteur à succès.

Il a 30 ans, elle, 63
Le voilà seul et perdu dans une ville et une langue qu’il ne connaît pas. Helga, la traductrice qui avait assisté le couple lors du concours, se rend compte que Beto sombre dans le chagrin, et va effectuer les gestes de premiers secours : retrouver sa valise, un billet d’avion, un toit pour la nuit, une bouteille de vodka, un lit. Son lit.
Au réveil, ça n’est rien de dire que Beto a perdu tous ses repères. Il a honte de s’être laissé aller avec Helga – même si celle-ci a conservé un certain charme. Il a rétrospectivement peur des conséquences et rend l’affaire plus grotesque qu’elle ne l’est afin d’en faire une anecdote graveleuse à raconter aux copains.

« J’imagine que tu pourras classer ce qui s’est passé cette nuit dans le musées des horreurs de ta vie. « 

Mais l’éclair (« Blitz » en allemand) peut aussi être salvateur lorsqu’on est dans un tournant de la vie…

Un roman plaisant à plusieurs titres: d’abord parce qu’il aborde différents sujets antagonistes de façon délicate: l’attirance entre personnes d’âges différents, en tout premier lieu. Mais aussi les disparités sociales au sein de l’Europe entre une Espagne en crise et une Allemagne proche du plein emploi; et deux visions du monde s’affrontent entre l’architecte arrogant qui considère que l’art doit choquer et la vision de Beto, plus altruiste et humaniste.

Le personnage de Beto est traversé par mille sentiments, et le livre est raconté uniquement de son point de vue : une astuce bien trouvée pour créer de l’empathie avec le lecteur.

Enfin, une bonne histoire crédible et originale, avec des personnages attachants. On a envie de connaître la suite, mais il faudra se contenter de l’imaginer !

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-