Archives du mot-clé Svit

Nouvelles définitions de l’amour de Brina Svit

Vous aimez les histoires d’amour ? Ça tombe bien : en voilà dix !

Nouvelles-definitions-de-lamourBrina Svit nous offre dix nouvelles sur un thème archi rebattu : l’amour. Mais… Brina Svit est une écrivaine : elle fait  donc œuvre d’originalité et de délicatesse – comme dans tous ses autres textes, d’ailleurs- et nous offre ses « Fragments d’un discours amoureux ». Elle choisit d’explorer les relations amoureuses dans des situations plutôt quotidiennes, souvent hétéroclites avec un soin tout particulier apporté aux personnages.

Cela va du veuf qui découvre que sa femme cultivait un jardin,  à une femme qui entre dans un magasin pour acheter une table le soir de Noël, à 17h, en passant par un homme qui sort faire des courses pour croiser la caissière du supermarché. Raconté comme ça, cela semble d’une banalité confondante, pourtant la lecture de chaque nouvelle est saisissante de singularité.

svitbrina-gallimardCeux qui connaissent les romans de Brina Svit savent de quoi il est ici question : sa faculté incroyable d’attraper le lecteur sur un ton léger pour lui montrer les coins plus obscurs des sentiments et des relations.

Ce qui reste une fois le livre refermé ? C’est l’ambiance sereine qui malgré tout se dégage de tous ces textes, avec bien sûr l’envie de relire une ou deux nouvelles de temps en temps.

(-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-)

Une nuit à Reykjavik de Brina Svit

« Lisbeth, es-tu sûre de ton coup ? Est-ce que tu veux vraiment payer un homme pour qu’il passe une nuit avec toi ? Un homme que tu connais à peine ? Ici, sur cette terre de glace et de feu ? Au milieu de nulle part? »
Voici le premier paragraphe du dernier roman de Brina Svit : une entrée en matière percutante et déroutante. Ses précédents textes ne nous ont pas habitués à l’explicite ni à la gaudriole. On poursuit la lecture et rien, absolument rien ne se passe comme le laissait entendre ce début. Lisbeth Sorel est une femme qui contrôle tout : son métier, ses relations amicales ou amoureuses. Elle a décidé lors d’un séjour en Argentine, qu’elle se paierait une nuit avec un danseur de tango et pour que la nuit soit longue, quoi de mieux que la capitale islandaise ?
Lisbeth a davantage qu’un secret à fuir : son enfance et son adolescence cabossées, le souvenir de sa soeur tant aimée… Cette nuit particulière la met face à elle-même. Eduardo n’est pas in fine un amant : il devient le confident attentif de l’inacceptable.
De façon très élégante et subtile, Brina Svit nous décrit une femme et ses failles, sans aucun pathos ni ridicule. La sérénité de Lisbeth viendra avec le bref lever du soleil.

Brina Svit est née en 1954 à Ljubljana en Slovénie, elle vit en France. Une nuit à Reykjavik est le cinquième roman qu’elle écrit en français. Si on découvre, il faut poursuivre avec la lecture de Un coeur de trop.
photo :Philippe Matsas