Archives du mot-clé Steinbeck

Tortilla flat de John Steinbeck

L’auteur californien est plus connu en France pour des ouvrages comme Des souris et des hommes, Les raisins de la colère, ou encore A l’est d’Eden. Tortilla flat, écrit en 1935 occupe une place particulière dans l’œuvre de John Steinbeck : ce livre lui a valu son premier prix littéraire, le succès auprès du public et il s’agit d’une histoire humoristique écrite avec une légèreté de ton peu courante dans le contexte américain de l’époque et sans doute encore peu égalée à l’heure actuelle.
Personnellement, j’ai longtemps cru que la « grande littérature » allait de pair avec les phrases savantes, les longues descriptions naturalistes ou sentimentales, voire avec l’effort de lecture ! Et puis un jour, j’ai acheté Tortilla flat chez un bouquiniste. J’ai découvert que l’extrême simplicité de l’écriture pouvait receler des trésors, laisser toute la place à l’implicite et témoigner en même temps d’une grande poésie.
Danny, paisano de Monterey revient de la grande guerre : il vient d’hériter de deux maisons. Malgré son nouveau statut de propriétaire foncier, il n’entend pas changer de vie. Il accueille chez lui ses anciens amis du quartier : une bande de bras cassés sympathiques. Il va relater leurs aventures rocambolesques chapitre après chapitre.

Les personnages de ce roman sont authentiques, à la fois veules et naïfs, parfois innocents dans leur façon de penser, mais surtout coupables d’aimer la vie, l’alcool, les femmes… et d’avoir une idée du bonheur pas forcément compatible avec le travail. Quoiqu’il en soit, ce qui les relie reste leur sens indéfectible de l’amitié. L’ambiance de franche camaraderie qui règne tout au long du livre n’est pas sans rappeler l’univers de John Cassavetes au cinéma.
Une histoire simple, drôle, où la gravité souterraine est toujours tenue à distance par le ton et l’humour de l’auteur, bref, un vrai bonheur de lecture !

Extrait : « L’après-midi s’installa avec autant de discrétion que l’âge chez un homme heureux. Un peu d’or se mêla à la lumière su soleil. La baie prit une teinte bleue plus intense et se couvrit de courtes lames, soulevées par le vent de terre. Les pêcheurs solitaires, qui se figurent que le poisson mord à marée haute, abandonnèrent leurs rochers et furent remplacés par d’autres pêcheurs convaincus que le poisson mord à marée basse. »

Tortilla Flat a été adapté à l’écran par Victor Fleming en 1942 avec Spencer Tracy, John Garfield et Hedy Lamarr .