Archives du mot-clé Prudhomme

Légende de Sylvain Prudhomme

51rfx-esjkl-_sx210_NEL petit fils de Berger devenu photographe entretien une belle amitié avec MATT un auto- entrepreneur à la tête d’une petite entreprise de toilettes  sèches  et réalisateur de  documentaires à ses heures perdues. Tous deux vivent dans la Crau aux portes d’Arles.

Matt a un projet. Il s’intéresse à l’histoire d’une boîte de nuit longtemps restée célèbre : La Churascaïa dite la Chou proche d’Aigues Mortes et point d’observation privilégié des années 1970-1980 dans la région. Un lieu magique presque improbable où tous les fêtards se donnaient rendez-vous. Un lieu de transgression :  les classes sociales et genres musicaux s’y mélangeaient au mépris de la sécurité.

Le réalisateur retrouve quelques témoins de l’époque. En les interviewant il va particulièrement s’intéresser à Fabien et Christian, personnages emblématiques et symboliques de la période: Ils ont en effet laissé derrière eux de nombreux souvenirs. Cette fascination se renforce lorsque Matt apprend qu’ils sont en fait … les cousins de NEL. L’anglais en est persuadé il tient là son sujet.

J’ai été absorbé, captivé par ce récit.

Le projet de Matt nous introduit dans un espace temporel et géographique bien particulier: On est dans les années 70-80, période d’insouciance, au pays rude et austère des Bergers de la Crau, mélange détonnant, explosif qu’incarnent les parcours poignants des membres d’une même famille.

Les trajectoires tragiques des deux frères sont bien restituées. Enfants d’expatriés on les voit évoluer loin de la métropole à Madagascar. Leur enfance dorée dépourvue de toutes contraintes  va renforcer le douloureux  retour à Arles. Fabien l’aîné, obligé de rester seul avec une grand-mère impotente à 12 ans,  est complétement livré à lui même. Son frère Christian le rejoindra plus tard. Les ingrédients sont mis en place pour l’accomplissement de destins exceptionnels.

A l’opposé les portraits croisés de Maurice et de Nel permettent de mettre en lumière les non-dits d’une relation père-fils sacrifiée : on est assez taiseux dans ce monde pastoral.
Sylvain Prudhomme empoigne les vies de ses personnages, en résume la quintessence, les tournants essentiels. Il n’hésite pas à convoquer les aïeux et l’ancêtre de la famille afin de mettre en perspective ce qui se joue entre tous ces personnages.

Un puzzle se reconstitue pour offrir le tableau vivant d’une saga familiale ancrée dans ce terroir si rude et sauvage.

 

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-