Archives du mot-clé Pinto

Acouphène d’Emmanuel Pinto

Pini, le protagoniste du roman, est Israëlien. Il était soldat pendant la guerre du Liban de 1982, il en est revenu avec des acouphènes et … amnésique. Selon lui, ses problèmes de santé sont liés à l’assassinat d’un enfant pendant cette guerre et aussi à la mort d’un de ses amis sous ses yeux. Pourtant, il n’est pas sûr que ces événements se soient réellement produits. Le contexte c’est également le massacre de Sabra et Chatila en septembre 82.

On suit Pini aujourd’hui auprès de sa psychanalyste. Ses souvenirs vont et viennent : l’imaginé rencontre le réel. Pini évoque une rencontre avec Jean Genet devant le camp juste après les massacres. Cette rencontre-là n’a peut-être jamais eu lieu, même si Jean Genet se trouvait effectivement à Beyrouth en 1982 avec Leila Shahid. Il en a rendu compte dans le texte « Quatre heures à Chatila ». Ces pages sur Genet sont clairement un hommage.
Peu importe d’ailleurs si Pini doit d’abord inventer des souvenirs pour mieux retrouver ce qui lui est arrivé. On croise aussi sa mère, ses soeurs, des amis… Il évoque aussi des images d’actualités.  Tout semble mélangé. Il n’en est rien : le tout contribue à nous embarquer dans sa quête jusqu’aux dernière pages où enfin, il se souvient de l’enchaînement des événements
Ce qui est est l’oeuvre dans Acouphène, c’est la littérature et sa puissance d’évocation, de suggestion voire de consolation.
Le texte d’Emmanuel Pinto est nécessaire à la littérature, il est aussi nécessaire à la compréhension du monde.