Archives du mot-clé Nganang

La saison des prunes, de Patrice Nganang

La saison des prunes, de Patrice NganangRuben Um Nyobè, futur chef indépendantiste et le poète Louis-Marie Pouka, rentrent à Edéa petit patelin du Cameroun situé entre Douala et Yaoundé  au moment de la défaite française en août 1940.

Sur place, Pouka n’a qu’une idée en tête : Créer un cénacle littéraire pour former les futurs poètes camerounais. Quelques jeunes villageois vont se présenter et le groupe va se réunir dans le bar du village tenue par une tenancière de caractère : Minanga, qui y vit avec ses filles.

Parmi les nouvelles recrues un certain Bilong puise surtout son inspiration en la personne de Nguet, une des filles de Minanga. Scandalisées par les mœurs dissolues du jeune homme, Ngo Bikaï  sa sœur et La Sita la reine du marché laissent éclater leur colère sur les lieux du délit.

La vie mouvementée de cette communauté va rapidement être bouleversée par l’arrivée de de Gaulle et de son fidèle  lieutenant Leclercq jusqu’à Edea où nos aspirants poètes vont être enrôlés parmi tant d’autres comme tirailleurs sénégalais : Il s’agit de constituer une « force noire » depuis l’Afrique centrale pour s’assurer le soutien militaire des forces britanniques.

Pour nos soldats, c’est le début d’un terrible périple à travers le continent africain qui va les amener jusqu’au désert libyen face à l’armée Italienne. Plongés dans un conflit qui n’est pas le leur, ces combattants sous-équipés, force d’appoint de l’armée alliée vont faire preuve d’une exceptionnelle bravoure. Jusqu’à la tragédie finale où nos héros tomberont sous les balles ennemies.

A l’arrière, les femmes maintiennent la vie sociale du village, unies face aux brutalités des violences militaire.

Difficile de résumer un roman aussi foisonnant. Le parti pris de l’auteur m’a beaucoup intéressé : Remettre au centre de son récit des hommes et des femmes jusqu’alors considérés simples figurants de l’histoire officielle, en nous offrant leurs points de vue et sensibilités sur des événements qui bouleverseront par la suite à jamais leurs existences. Vu du Cameroun en effet,  la reconquête de l’Europe depuis l’Afrique fut une autre chanson que celle que nous connaissons.

Patrice Nganang utilise à merveille les armes du romancier. N’hésitant pas à faire cohabiter la langue de Molière avec les nombreuses expressions du peuple Bassa.

L’humour est également assez présent dans cette tragicomédie. : Il laisse place à des temps de respiration qui rendent les personnages attachants ( j’invite à ce sujet le lecteur à déguster les truculentes scènes torrides de nos tirailleurs aux cours de leurs ébats amoureux…).

Ironique et engagé, Le narrateur n’a de cesse d’interpeller son lecteur, n’hésitant pas à replacer les faits historiques décrits dans le contexte plus large des relations troubles de la Françafrique.

Un portrait sans concession qui dresse un  état des lieux d’une intacte actualité.

Pour celles et ceux qui voudraient approfondir la question, il est possible de consulter ce site constitué  à partir du livre de Thomas Deltombe :  Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971).

Vérifiez la disponibilité de ce document à la médiathèque