Archives du mot-clé Kasischke

Esprit d'hiver de Laura Kasischke

Esprit d’hiver de Laura Kasischke

Esprit d'hiver de Laura Kasischke

Holly s’est levée tard en ce jour de Noël. Elle a pourtant tout un repas à préparer pour ses nombreux invités. Mais le blizzard se lève, empêchant ses invités de sortir de chez eux. Même son mari parti chercher ses parents à l’aéroport ne pourra revenir à son domicile.

La voilà prise au piège chez elle, en compagnie de sa fille Tatiana, 15 ans. Tatiana a été adoptée alors qu’elle avait deux ans. Holly et Eric étaient allés la chercher en Sibérie dans un orphelinat tellement sordide que les nurses devaient maquiller les enfants pour qu’ils paraissent en bonne santé.

Holly a écrit des poèmes par le passé. Et la femme au foyer débordée qu’elle est devenue regrette de ne pas trouver le temps de se poser, de réfléchir, et d’écrire à nouveau. Cela l’aiderait à trouver ce qui cloche dans sa vie. A commencer par ses rapports avec Tatiana. Comment « bébé Tatty », enfant joyeuse et aimante a pu se transformer en cette adolescente versatile, tantôt doucereuse, tantôt agressive avec sa mère ? C’est à tel point que ce huis-clos forcé entre mère et fille va virer au cauchemar.

Laura Kasischke sème ses motifs préférés : le sang, la neige, les animaux morts … comme autant de petits cailloux qui nous mènent sur la pente dangereuse de la révélation finale. Et quelle fin spectaculaire !! elle vous donne immédiatement envie de relire le livre à la lumière de ce que vous venez d’apprendre …et que vous n’aviez pas du tout vu approcher.

Un des meilleurs romans de l’auteur, à classer tout près de un oiseau blanc dans le blizzard dont le dénouement tient dans le tout dernier mot du livre. Magistral !

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque

Les élèves de seconde 13 ont lu La Vie devant ses yeux…


La Vie devant ses yeux est écrite par Laura Kasischke, en 2002 : elle utilise le registre tragique et lyrique avec toujours une mise en évidence des cinq sens. Diana et Maureen sont dans les toilettes de leur lycée pour se pomponner quand tout commence : c’est la scène de la fusillade, omniprésente dans le livre. L’auteur utilise des sauts dans le temps qui permettent de mettre en parallèle la vie d’adolescente et la vie adulte de Diana, l’avant et l’après la fusillade. Le récit est concentré autour de ce personnage, les cinq sens sont donc utilisés du fait d’une grande importance accordée à ses sensations et ses sentiments : c’est le lyrisme. Ce livre parle de la vie et de la mort en utilisant ces fameux cinq sens : l’idée est d’en profiter durant sa vie et les regretter avant sa mort. Le lyrisme évolue ainsi vers le tragique : tout au long du roman on remarque que la mort est présente sous forme d’allusions. L’œuvre réveille la curiosité du lecteur car il veut savoir laquelle des deux adolescentes est morte ; la vie parfaite de l’une des deux filles est-elle réelle ou rêvée par celle-ci ? La Vie devant ses yeux est partagée entre la vie réelle et le mystère, et du suspense. L’auteur fait référence à la vie réelle aux Etats-Unis et dénonce certaines lois comme le port d’arme.

Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs

Le dernier rendez-vous Direction Fiction était consacré à l’écrivain américaine Laura Kasischke. Nous avons eu le plaisir d’accueillir une partie de la classe de Mme Guellard (Lycée Chaplin), qui travaille sur l’œuvre de cette auteur, ainsi que des lecteurs décinois et chasselands.
Les romans de Kasischke ne laissent pas indifférents, nous avons pu le constater à travers les échanges suscités par la lecture de ses histoires si puissantes. Elle n’a pas son pareil pour faire monter l’angoisse et nous tenir dans son poing jusqu’aux dernières pages en décrivant l’enfer derrière la banalité du quotidien.
7 titres sont disponibles à la médiathèque : empruntez l’un ou l’autre, vous finirez par les lire tous !
Nous vous donnons rendez-vous le 31 mars, même heure, pour le 3ème rendez-vous. Il sera consacré à l’oeuvre d’un auteur que nous recevrons le 24 mai à la Médiathèque : Olivier Adam.

En un monde parfait de Laura Kasischke

En un monde parfait et son meilleur roman.
Il commence comme une bluette et se termine comme un thriller SF : une belle hôtesse de l’air trentenaire (Jiselle) se marie avec un beau pilote d’avion (Mark), veuf et père de trois enfants. Bien vite, une montagne de problèmes s’abat sur la pauvre Jiselle : son mari s’absente de plus en plus souvent, sa belle-fille la déteste, une pandémie grippale sème la mort dans le pays, … cette femme fragile et démunie face à la vie ne va pas résister longtemps, se dit-on.
Laura Kasischke n’a pas son pareil pour dépeindre des vies violemment bouleversées. Ici, elle fait croire au lecteur que la menace vient du noyau familial, afin de le surprendre lorsque l’histoire prend un tour nouveau et que son véritable propos se dévoile. C’est d’ailleurs l’une des grandes forces de l’auteur : sa capacité à nous perdre pour mieux nous serrer brusquement à la gorge, et on se demande pourquoi on n’a pas su déceler les indices de la catastrophe imminente.

Laura Kasischke est romancière, poétesse, et enseignante à l’Université du Michigan.
Tous ses romans sont disponibles à la Médiathèque
crédit photo : Babelio