Archives du mot-clé Erlih

Bacha posh de Charlotte Erlih

 C_Bacha-Posh_1965Farrukh, barreur de l’équipe d’aviron rêve de participer aux J.O. et ainsi de représenter son pays l’Afghanistan. Au fil de la première partie du roman, on perçoit Farrukh différent des autres garçons. « Jamais il ne participe au rituel de la douche collective où les huit adolescents gloussent et se chamaillent. Plus petit que les autres, il a une ossature plus fine, des yeux noirs cernés de cils plus longs, une bouche plus délicate, une peau plus fine. Contrairement à ses amis, aucun duvet n’ombrage le pourtour de sa bouche ».

Avec huit adolescents, Farrukh s’entraîne avec de modestes moyens. L’équipe arrive à être pré-sélectionnée grâce à Maude, jeune fille française, qui en tant que femme, est difficilement acceptée par l’équipe masculine. Seul Farrukh guide Maude à respecter les contraintes traditionnelles imposées aux femmes. Jusqu’au jour où Farrukh est très tourmenté, il ne pourra plus continuer à s’entraîner.

Il va redevenir une fille. Farrukh est Farrukha, une bacha posh (en persan, habillée comme un garçon). Etre bacha posh est une pratique culturelle qui permet à des familles qui n’ont pas eu de fils d’élever leur fille comme un garçon jusqu’à la puberté. En Afghanistan et au Pakistan, la pression sociale est telle qu’elle pousse les familles à avoir un fils pour perpétuer le nom de famille et hériter des biens du père. En tant qu’occidentaux, cette condition de vie même temporaire peut nous faire réfléchir.

Belle histoire palpitante avec du suspens. Les sentiments, l’affection paternelle, et les émois, la complicité avec Sohrab, sont décrits avec une grande sensibilité. Bacha posh était au départ un projet de scénario, pour Charlotte Erlih, scénariste et réalisatrice.

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque