Archives du mot-clé direction fiction

Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs 2017#2

Voici une petite sélection de romans parmi les nouveautés, que j’ai présenté lors du dernier rendez-vous le 10 juin :

Il y a un robot dans le jardin ou les tribulations d’un petit tas de ferraille déglingué mais terriblement attachant.  Par Deborah Install.

Le thriller Bondrée de Andrée A. Michaud a été récompensé par le Prix des lecteurs 2017 de Quais du Polar, et c’est mérité !

Gabacho est le premier roman d’une jeune mexicaine de 19 ans, Aura Xilonen. Un texte de fureur au langage vif et cru,  entre poésie et hyperréalisme.

Costa Brava est une bonne entrée en matière dans l’oeuvre d’Eric Neuhoff. Ce roman touchera tous ceux qui ont dans le coeur un lieu de vacances dont l’évocation les ramènent direct en enfance.

Le récit intimiste de Marie le Gall approche l’insondable mystère de sa soeur. Voir la chronique de Mon étrange soeur.

Bertie, comédien shakespearien né le même jour que George Clooney (!) est contraint de retouner vivre chez sa vieille maman à 50 ans passés. Marina Lewycka manie l’effet burlesque à la perfection dans Rien n’est trop beau pour les gens ordinaires.

Le dernier roman de l’américain Adam Haslett évoque l’histoire d’une famille dont deux individus sont malades. Imagine que je sois parti est un grand roman sur l’amour filial.

On termine avec un petit bijou d’émotions : Un amour de 1000 ans est le troisième roman français du japonais Akira Mizubayashi. Une histoire émouvante et bouleversante d’un homme amoureux d’une femme et de musique.

Direction Fiction le rendez-vous des lecteurs 2016/4

Voici un aperçu des livres présentés lors du rendez-vous des lecteurs, samedi dernier à la médiathèque.

Des romans autour des thèmes du terrorisme, de la guerre, de la pauvreté aux Etats-Unis, du manque de moyen de la police. Bref, le monde va mal et la littérature traduit cela. Mais nous avons eu aussi notre lot d’amour avec un roman délicat et notre lot de frissons avec un thriller.

Dans A la fin le silence, Laurence Tardieu nous livre un récit introspectif au ton juste et sincère, qui revient sur l’année 2015. Cette année-là, elle a perdu la maison de ses grands-parents et a aussi perdu pied pendant un temps, juste après les attentats de janvier.

Si on compte bien, Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, ça fait 1001. Salman Rushdie a choisi un conte à la façon des 1001 nuits, pour nous raconter la lutte cosmique que se livrent les djinns à travers les siècles pour faire triompher le Bien de l’obscurantisme.

Le dernier roman de Fouad Laroui, Ce vain combat que tu livres au monde, fait froid dans le dos. Il montre comment un homme intellectuel parfaitement intégré peut prendre les chemins de la haine.

Coup de cœur de notre libraire, le premier roman de l’américain Smith Henderson dresse le portrait saisissant de l’Amérique pauvre des années 80 dans la Yaak Valley, Montana.

Un autre premier roman très remarqué puisqu’il a obtenu le prix du premier roman étranger de Chambéry, Comme si j’étais seul reviens sur la guerre en ex-Yougoslavie. L’auteur est l’italien Marco Magini

Les deux pigeons d’Alexandre Postel, ce sont Théodore et Dorothée, un jeune couple qui peine à trouver sa place dans une société très codée. L’auteur pose sur ses personnages, parfois comiques à leur corps défendant, un regard attachant.

C’est dans le huis-clos d’une voiture de police que se joue le destin d’un clandestin reconduit à la frontière par trois flics. Police de Hugo Boris, est un roman court et nerveux, hyper réaliste, qui met en lumière la profession de gardien de la paix.

Le dernier roman de Alain-Claude Sulzer, Post-scriptum, raconte la brève rencontre entre un acteur venu se reposer dans un hôtel luxueux des Alpes suisses, et le postier du village, Walter. Sur fond d’amours interdites, de menaces politiques (on est dans les années 30) et de différences sociales, cet texte magnifique retrace une histoire d’amour qui sera diversement vécue par l’un et par l’autre.

Un tueur très talentueux, dont les scènes de crime sont agencées à la façon de célèbres tableaux, est recherché par un inspecteur flanqué de trois mamies. Portrait de groupe avec parapluie de Violette Cabesos est un polar érudit et drôle.

Ecoutez ces écrivains parler de leurs livres

Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs #3

 

Retour sur le dernier rendez-vous des lecteurs, Direction Fiction à l’heure du café, qui s’est tenu samedi dernier. Voici les titres présentés :

La valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia revient sur les derniers jours de Vincent Van Gogh à Auvers/Oise. De très belles pages sur le travail du peintre et surtout, une hypothèse inédite et crédible à propos de sa mort.

Fable animalière dans laquelle un lion cristallise les passions pendant la Révolution Française, Histoire du lion Personne est la peinture d’une époque folle et cruelle …pas très éloignée de la nôtre. Par Stéphane Audeguy.

Dans l’Amérique profonde de la Grande Dépression, une famille est décimée par un serial killer. Tous les vivants revient sur cette sinistre histoire vraie, qui a inspiré le film La Nuit du chassseur, et est magnifiée par l’écriture créative de Jayne Anne Phillips.

Les virus et les bactéries dominent les êtres vivants, hommes et animaux. Voilà la leçon de Paule Constant dans ce roman puissant sur la traque d’un virus, le long des rives de la rivière Ebola. Le titre : Des chauves souris, des singes et des hommes.

Toute l’œuvre de Philippe Forest parle de la disparition.  Crue est un bouleversant roman psychanalytique sur le temps et le cycle de la vie.

Le grand jeu est un roman philosophique qui nous demande si on peut vivre « hors du jeu », c’est-à-dire, hors de la vie. Une lecture exigeante qui nous questionne comme une œuvre d’art. Par la déroutante Céline Minard.

Second roman de la prodige Julia Kerninon, Le dernier amour d’Attila Kiss est la trajectoire d’une vie, déviée par la survenue d’un amour tardif. Un très beau roman d’amour, mais surtout un texte totalement original.

Roman d’apprentissage dans l’Espagne des années 80, Soyez Imprudents les enfants est le dernier titre de Véronique Ovaldé dans lequel on retrouve sa plume fantasque. Ses romans sont des voyages, des aventures à travers le temps et la géographie. Un vrai régal.

Premier roman de Gael Faye, en lice pour le Goncourt, Petit pays revient sur le génocide rwandais à travers l’évocation des souvenirs de l’auteur-narrateur qui a passé son enfance au Burundi, pays siamois du Rwanda.

Une femme devra remettre en cause tout ce en quoi elle croyait- éducation, religion, valeurs – pour sortir du chaos et sauver les siens. Avec la mort en tenue de bataille est un roman dur avec en toile de fond, la guerre civile espagnole. Par José Alvarez.

A vos agendas : retrouvons-nous le 10 décembre à 14h pour le prochain rendez-vous. Et en attendant, ne manquez pas la rencontre avec Sébastien Berlendis et Jacky Schwatzmann

+ d’infos

Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs 2016#2

Voici la liste des livres présentés lors du dernier rendez-vous des lecteurs, le samedi 11 juin à la médiathèque. Une fois de plus, que de belles histoires à lire, dont  flopée de très bons premiers romans !

A commencer par le best-seller surprise En attendant Bojangles de Olivier Bourdeault ou l’histoire d’une famille peu banale dont les excentricités ne passent pas inaperçues. Un roman charmant qui swingue entre bonheurs et drames.

Catherine Poulain est un petit bout de femme qui a consacré 10 ans de sa vie à être … pêcheur en Alaska ! Dans Le grand marin, elle nous fait ressentir la beauté et l’effroi qu’il y a à être à la merci des coups durs et des coups de chance,  en milieu Ô combien hostile et à des milliers de kilomètres de toute côte. Le tout, les mains dans les entrailles gluantes des poissons . Un grand roman d’apprentissage et d’aventures, et aussi un petit peu d’amour.

A travers une lettre qui circule  clandestinement de mains en mains jusqu’à son destinataire, Abbas Khider nous fait découvrir la réalité tragique du Moyen-Orient, « cette partie sombre de l’œuf qu’est la Terre ». Lire la chronique de Lettre à la république des aubergines.

Un évènement presque anodin va subitement plonger une femme 20 ans en arrière et faire resurgir de son inconscient un épisode traumatisant. L’irlandaise Michèle Forbes nous livre Phalène fantôme,  un roman, assez classique dans sa forme, mais d’une rare intensité sur le thème « mari-femme-amant ».

D’abord auto-édité, le roman de Kathryn Hughes a vite été repéré par l’édition traditionnelle et a connu un grand succès Outre-Manche. Il s’agit de deux destins de femmes accablées par le malheur, à plusieurs décennies de distance, et reliés par une lettre. Si vous aimez les histoires bouleversantes, avec des vagues d’émotion à chaque page, lisez Il était une lettre.

Le 4ème roman de David Trueba est éminemment politique, sous couvert d’une rencontre amoureuse improbable. Lire la chronique consacrée à Blitz.

 Annie Ernaux se remet dans la peau et l’esprit de la jeune fille qu’elle était pendant l’été 58 quand elle a eu sa première relation sexuelle et l’a pour un temps confondue avec le grand amour. Cet évènement, elle l’analyse en regardant ce que cela a signifié à l’époque et ce que cela a déterminé de sa vie ensuite. Mémoire de fille est sans doute son dernier livre, a-t-elle dit.

Le dernier roman de Pierre Lemaître traite du thème de la culpabilité. Dans un accès de rage, un enfant en tue un autre. Grossièrement camouflé sous des branchages, le corps ne sera pas retrouvé. En cause, la tempête de 99 qui dévaste la forêt. Dans Trois jours et une vie, un suspens terrible nous fait tourner les pages, jusqu’au dénouement final, beau et inattendu.

Prochaine date : samedi 8 octobre à 14h. Je vous présenterai le meilleur de la rentrée littéraire. En attendant, abonnez-vous au blog pour recevoir régulièrement les coups de coeur des bibliothécaires de Décines.

Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs 1/2016

Samedi 12 mars a eu lieu le premier rendez-vous des lecteurs de l’année. Nous avons évoqué quelques romans récemment achetés. Et, en hommage au festival Quais du Polar dont la médiathèque est partenaire, nous vous avons présentés des romans policiers. Petit compte-rendu pour les absents :

Dans un style sensible, Tom Barbash évoque des moments poignants dans la vie de ses personnages. Les lumières de Central Park est un bijou dans la droite ligne des grands nouvellistes américains.

Dans Une vie entière, Robert Seethaler nous livre le portrait d’un homme né à la fin du 19ème siècle dans les montagnes autrichiennes. Avec à la fois une grande simplicité et une grande profondeur, ce court roman nous montre la beauté d’une vie rustique et modeste.

Les éditions Paulsen ont expédié Miguel Bonnefoy, jeune écrivains vénezuelien, dans un milieu hostile afin qu’il en revienne avec un texte fort. Jungle raconte cette expérience limite qui l’a transformé à jamais.

Paris sur l’avenir, de Nathaniel Rich, raconte comment le personnage Mitchell Zuckor, employé chez Futurworld, passe son temps à calculer la probabilité que des désastres se produisent. Un roman qui raille la paranoïa de l’Amérique.

L’écrivain française d’origine géorgienne Kéthévane Davrichewy sort L’autre Joseph, un roman en forme d’enquête familiale autour de la figure de son arrière grand père, Joseph, lequel serait le demi-frère de Staline. Passionnant !

Un personnage attachant dans ce 1er roman de Jax miller, Les infâmes : Freedom Oliver, une femme à qui on a enlevé ses enfants à 23 ans. Elle a gardé le contact sans se faire connaître, grâce aux réseaux, mais sa fille ne répond plus, et Freedom va partir à sa recherche. Bonne chance Freedom…

Deux individus étonnants dans Corrosion de Jon Bassof. Joseph Downs, vétéran de la guerre d’Irak, défiguré, et Benton Kaulk un jeune homme livré à lui même dans une petite ville misérable. Un jour ils se rencontrent, et c’est l’occasion d’une terrible métamorphose. Un roman rare, un auteur à découvrir absolument.

L’avenir des Petites filles en Chine en 1990 est incertain. La politique de l’enfant unique fait rage et des enfants disparaissent, notamment Chini la fille de Sun, qui va partir à sa recherche. Une enquête que mène en parallèle aujourd’hui Lina pour l’ONG Cœur d’enfant. Un roman bouleversant de Julie Ewa.

L’inspectrice Maeve Kerrigan sait ce que c’est que d’être une femme dans la police. Plusieurs meurtres ont été commis, à chaque fois sur des personnes condamnés pour abus sexuels, et elle doit mener l’enquête avec l’irascible capitaine Derwent. Un policier classique de l’anglaise Jane Casey, Dernier jugement.

3 romans de Paul Colize, dont Un long moment de silence, le plus émouvant. L’enquête d’un homme qui a perdu son père en 1957, dans l’attentat du Caire, et qui va découvrir, mêlé à l’histoire tragique de ce temps, un père méconnu en même temps qu’une autre histoire familiale.

Voir d’autres billets sur Paul Colize

Retrouvez Paul Colize à la médiathèque jeudi 31 mars à 20h30, pour une rencontre-dédicace.

Prochain rendez-vous des lecteurs : samedi 23 avril à 14h pour un spécial « Assises Internationales du Roman ».

 

Direction Fiction #4

Pour ceux qui n’ont pas pu venir à l’avant-dernier rendez-vous des lecteurs de l’année 2015, voici un petit compte-rendu.

Dans son dernier roman, Christine Angot change de technique et de style, mais pas de thème. Son Amour impossible est mon coup de coeur de la rentrée et même … de l’année !

Deux premiers romans de deux journalistes : Les amygdales de Gérard Lefort passe au crible des scènes de la vie d’un jeune enfant. Le narrateur a à peine dépassé la dizaine d’année, mais possède déjà un regard furieusement caustique. Christophe Boltanski, lui, a enquêté sur sa prestigieuse tribu d’intellectuels anticonformistes. La cache est un récit touchant et profond.

Jeanne Benameur nous revient avec Otages intimes, un roman tout en sensibilité sur l’impossible reconstruction d’un photographe de guerre qui revient d’une longue et éprouvante captivité.

l’histoire de Là où vont les morts de Liam McIvalney se situe à Glasgow. Assassinats, règlements de compte, meurtres en série, ça saigne en Ecosse ! Gerry, journaliste de son état, enquête sur la mort plus que douteuse de son collègue et protégé, retrouvé mort au fond de l’eau, les mains attachées au volant…

Un roman tout à fait original du catalan Kiko Amat. Tout ce qui fait BOUM retrace le parcours chaotique d’un adolescent, élevé par sa grand-tante anarchiste dans une Espagne post-franquisme. Avec un suspens à la clé : va-t-il réchapper de l’accident dont il est victime au début de l’histoire ?

Une pilule de bonheur et de compassion que le dernier titre de Yves Bichet. L’été contraire est un road movie dans lequel des personnes »âgées » prennent la tangente dans un camion frigorifique volé (canicule oblige) et vont s’autoriser à vivre leurs premiers et derniers grands moments de liberté.

Derrière un titre à rallonge (L’histoire épatante de Mr Fikry et autres trésors) se cache une histoire à rallonge. Mr Fikry est un libraire grincheux, acariâtre, et amer depuis son veuvage, bref infréquentable. Il possède un trésor. Qui sera volé. Gabrielle Zevin signe un roman tout simple, mais excessivement charmant.

Dans Une forêt d’arbres creux, Antoine Choplin s’inspire de la vie du caricaturiste Bedrich Fritta pour nous parler d’une poignée de dessinateurs qui se retrouvent clandestinement la nuit afin de dessiner leur quotidien dans un camp de concentration à Terezin.

Byron et Bobby sont deux anciens profs d’université, alcooliques et sans le sou, ils vivent dans une chambre d’hôtel miteuse à la Nouvelle-Orleans… Ronald Everett Capps signe un texte brillant, intelligent, bourré de références. La ballade de Bobby Long s’inscrit dans la lignée des grands romans américains sur le déclassement, la descente aux enfers et la rédemption inespérée.

Rendez-vous le 12 décembre 2015 à 14h à la Médiathèque pour la dernière session de l’année

Direction Fiction 2015/3

le rendez-vous des lecteurs sous le tilleul

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 20 juin a eu lieu le troisième rendez-vous de l’année. Voici la liste des romans présentés :

Chez les français, le dernier titre de Justine Lévy, La Gaité, poursuit l’exploration intime de la vie de l’auteure. Incorrigible mélancolique et gauche, mais attachante jeune femme, Louise s’essaye à la joie … sans y parvenir vraiment.

Dans Manderley for ever, Tatiana de Rosnay s’attaque à son idole : Daphné du Maurier, femme au caractère bien trempé, auteure notamment du conte gothique Rebecca et de la nouvelle Les Oiseaux portés tous deux à l’écran par Hitchcock,

Goncourisé en 2012, Jérôme Ferrari revient avec un roman exigeant : Le principe. Le titre évoque le principe d’incertitude, énoncé par Werner Heisenberg dans les années 30. La vie de ce scientifique allemand et l’histoire de sa découverte sont le point de départ de ce roman fascinant.

Tous les livres de Vassilis Alexakis font des aller-retours entre Athènes et Paris.  Autant attaché à  son pays d’origine qu’à son pays d’adoption, il interroge sans cesse cette double culture dans ses ressemblances et ses dissemblances. La Clarinette est un exercice de mémoire dans lequel l’écrivain évoque ses souvenirs, avec élégance et délicatesse

Héloïse ouille aborde l’histoire d’Héloïse et Abélard sous l’angle de l’obscénité, par un Jean Teulé très très polisson

Quoi de neuf chez les étrangers :
Arnaldur Indridason s’essaie au prequel avec bonheur. Les Nuits de Reykjavik est la toute première enquête de son personnage recurrent, Erlendur. On le retrouve tout jeune flic, mais déjà abîmé et hanté par un drame familial – qui est d’ailleurs révélé à cette occasion.

Plus léger, Quand vient le temps d’aimer de William Nicholson est une sorte de vaudeville romanesque à la sauce anglaise. Cascade de mensonges, et d’adultères, ce roman est addictif comme une série télé.

De temps en temps, Russel Banks écrit des nouvelles. Dans Un membre permanent de la famille, 12 instantanés qui disent le désarroi de la classe moyenne américaine. Attention, chef d’oeuvre.

Les deux frères du dernier roman de Michael Cunningham, Snow queen, n’ont pas eu la vie qui leur semblait promise, mais continuent d’espérer quelques chose de grand. Et s’appliquent à cultiver l’amour fraternel qui les relie.

Arno Geiger aborde le thème de la conjugalité au long cours, lorsqu’un évènement vient brusquer  les personnage (un cambriolage en l’occurrence). Tout sur Sally montre avec subtilité, humour et profondeur, les soubresauts d’un couple formé par Sally, prof d’anglais bien dans ses baskets et  par Alfred, un conservateur de musée qui aurait tendance à accepter les signes de l’âge, avec trop de complaisance au goût de sa femme.

De haute lutte est un recueil de 4 nouvelles, par une auteure indienne peu connue en France, Ambai.
Ces histoires mettent en scène des femmes qui revendiquent le droit de disposer d’elles-mêmes, d’être éduquées, de travailler, et de sortir du carcan qu’est le mariage et le foyer. Un tableau social tout en subtilité et complexité, où rien n’est manichéen. C’est ce qui fait la force de ces textes.