Archives du mot-clé Dee

Les privilèges de Jonathan Dee


Le livre commence par le mariage d’Adam et Cynthia, deux jeunes américains de la haute société, aux sourires éclatants. Cette scène d’ouverture est dantesque, magnifiquement écrite. Dee montre une jeunesse ultra dorée, qui se goinfre de luxe, comme elle se goinfre de cocaïne sur les grands miroirs décrochés. Les jeunes gens picolent comme des trous, se comportent comme des porcs. En somme, c’est une sorte de plongée antrhropologique dans un autre monde : celui des golden boys de la finance.

Habitué aux histoires moralisatrices, le lecteur pressent qu’Adam et Cynthia vont connaître un revers de fortune à la hauteur de leur insouciance actuelle. Eh bien, pas du tout ! Et c’est là la bonne idée qu’à trouvé Jonathan Dee pour faire de son histoire une variation très contemporaine sur l’immoralité. Le couple va s’enrichir au-delà du raisonnable. Sans cesse à l’affût d’un nouveau moyen d’aggrandir leur patrimoine, ils ne s’encombrent guère de question sur les moyens d’y parvenir. A l’instar des couples amis, à l’image de leurs aînés, l’accumulation de richesses donne un sens à leur vie. Il n’y a aucune limite ni issue à cette course. Et quand ils réfléchissent à leur destin deux minutes, c’est simplement pour se féliciter d’être nés du bon côté de la barrière.

Bien sûr, il y a un grain de sable dans cette histoire : les enfants d’Adam et Cynthia. Plus ouverts sur le monde que la génération de leurs parents et grand-parents. Plus informés. Plus compassionnels. J’en ai trop dit, vous devinez la suite ? Eh bien l’auteur pourrait encore vous surprendre avec la fin de son magistral roman.

Ce livre est également disponible en version originale à la Médiathèque.

Jonathan Dee sera présent à Lyon lors des 6ème Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet et Le Monde.