Archives du mot-clé Dagerman

Le froid de la saint Jean de Stig Dagerman

Il faut revenir à l’oeuvre de Stig Dageman. Notamment à ses nouvelles.

Le Froid de la saint Jean nous en offre 18. Toutes sont vaguement autobiographiques. Dagerman y mêle souvenirs d’enfance et réflexions d’adulte. Le Stockholm qu’il décrit est éloigné de celui d’aujourd’hui : il y séjourne à partir de 1932, il a 9 ans. On y rencontre des métiers oubliés, des voitures à cheval. Pourtant tous ces textes nous sont proches.

Notre plage nocturne recueil publié en français la même année par l’éditeur Maurice Nadeau(1997) aborde en 10 nouvelles des thèmes plus psychologiques. Il s’agit de variations sur le thème de la solitude.

Le regard sur le monde est imptoyable et désarmant : la finitude des choses et des êtres est ce qui inspire Dagerman.
Il est écorché vif et aussi idéaliste.
C’est sans aucun doute ce qui donne à tout ce qu’il a écrit une grande humanité.

Je le répète encore : il faut lire cet écrivain suédois de toute urgence : son énergie est salutaire aujourd’hui.

L’enfant brûlé de Stig Dagerman

J’ai lu L’enfant brûlé, il y a longtemps. Puis, je l’ai relu, toujours avec le même ravissement. Il y a donc deux explications : soit je n’ai pas changé, soit le texte est exceptionnel.

Inutile de tergiverser : le texte est exceptionnel !

Je me souviens qu’après l’avoir terminé, la première fois, j’avais eu envie d’apprendre le suédois. Je me disais que si en français, le roman me troublait à ce point, ce devait être quelque chose en version originale !

Stig Dagerman était Suédois, né en 1923, mort en 1954. Il laisse une oeuvre dense et multiple faite de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de poèmes, d’essais.
L’enfant brûlé nous livre l’histoire de Bengt, 20 ans, le matin de l’enterrement de sa mère. rapidement, il découvre que son père avait une liaison, avec une autre femme : Gun. Tout aussi rapidement, Bengt tombe amoureux de Gun. La brûlure est multiple : il est brûlé du désir pour cette femme, brûlé du mépris pour son père et physiquement brûlé.

Il faut commencer à lire Dagerman avec ce texte vibrant ! Et enchaîner avec le reste : on en reparle bientôt. Son oeuvre continue d’être publiée : remercions l’éditeur Agone qui s’attelle à la tâche. Stig Dagerman a aussi inspiré des musiciens de tous horizons : par exemple les Têtes Raides ont adapté un de ses textes.
Lire un article sur Dagerman http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=4456
Le site de l’association Stig Dagerman : http://www.dagerman.se/