Archives du mot-clé Coulon

pelican

Le coeur du Pélican de Cécile Coulon

coulonAprès la dernière chronique sur L’Hippopotame de Stéphen Fry, restons dans le thème de l’animalier et prenons donc de la hauteur avec cette fois-ci Le cœur du Pélican de Cécile Coulon. Bon, nous n’allons pas nous envoler bien haut. Bien au contraire nous allons rester scotchés au sol, ou plutôt à la piste d’athlétisme où nous allons suivre le personnage central de ce roman.

L’histoire ? Elle est plutôt simple. Anthime, encore enfant, emménage avec ses parents et sa jeune sœur dans une petite ville banale. Le jeune garçon ne se démarque pas particulièrement du lot. Mais un jour, lors d’un banal jeu entre gamins, Anthime va laisser tout le monde pantois. Le jeune garçon possède un talent extraordinaire : il est rapide, très rapide même. Il a certainement l’étoffe d’un champion. Et ce don, Anthime va l’exploiter. Très vite il veut devenir le meilleur, écraser ses concurrents. Il court surtout après la reconnaissance des autres et la notoriété qui arrive rapidement. Adolescent, il devient la pelican_barthelemycoqueluche de son collège en s’illustrant au cross annuel. Jeune adulte il est l’idole de la ville. Il est devenu le Pélican, emblème qu’il porte sur son maillot. Le Pélican, c’est aussi une figure biblique moyenâgeuse de l’animal qui peut s’arracher le cœur pour le donner à manger aux autres.

Vient alors le tournant tragique. Je ne vous le cache pas, on l’attend. Oserait-on dire qu’on l’espère… ? Le corps du tout jeune homme va le lâcher. Le Pélican s’est brûlé les ailes. S’en suit alors une chute qu’on ne qualifiera pas de descente aux enfers. Non c’est plus insidieux que cela. Anthime va continuer à vivre avec ses regrets. Il n’aura pas la vie dont il aurait rêvé, il n’aura pas non plus la femme qu’il désirait, on ne l’aimera pas comme il l’aurait souhaité… Et c’est d’ailleurs dans ce registre que Cécile Coulon excelle.

Pour moi ce livre est avant tout la découverte de cette toute jeune auteure de 25 ans, qui souffle un air frais sur la littérature française. Les mots sont justes et chacun d’eux nous paraît bien choisi, bien pesé. On est emmené dans le sillage de ce personnage de tragédie, on se prend à le détester, à l’aimer, à le prendre en pitié. Bref, on veut savoir comment tout cela va se terminer. Cécile Coulon possède ce don assez rare de faire d’une petite histoire quelque chose de grand.

Ce roman nous pose aussi cette question ou devrait-on dire LA question : finalement après quoi court-on ?

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-