Archives du mot-clé Appelfeld

Adam et Thomas de Aharon Appelfeld

Adam et Thomas de Aharon AppelfeldDeux enfants à la cîme d’un arbre, au creux de la forêt. Adam et Thomas se sont construit un nid de branchages, se nourrissent de fruits et des sandwichs que leurs mères leur ont donnés quand, chacune de son côté, elles les ont abandonnés à la lisière, leur promettant de revenir les chercher, le soir. Mais elles ne reviennent pas. Les enfants se cachent, c’est la guerre, les Allemands, le ghetto qu’il a fallu fuir à cause des rafles. Les saisons vont passer, l’automne frisquet, la pluie, le vent, l’hiver, la neige. Et les enfants vont survivre, jour après jour, chacun appuyé sur l’autre, si différent. Adam est un fils de la campagne, fragile, habile de ses mains. Thomas est un enfant de professeurs, plus timoré, rêveur, lourd de mille questions.

 
Aharon Appelfeld s’est inspiré de son histoire pour dire la forêt, la peur, la faim, l’amitié, le courage, lui qui survécut plusieurs mois dans les bois, après s’être enfui d’un camp de concentration. Sans doute chacun de ses personnages est-il une part de lui-même.

 
Son premier livre pour enfants a la beauté d’un conte classique, la forêt renvoyant aux origines du genre et de l’homme. L’aventure est passionnante, les mots sont simples, les images de Philippe Dumas, bouleversantes. Et les questions, immenses. Pourquoi les Juifs ne sont-ils pas aimés ? s’interroge Thomas. Et qui donc mettra sur leur chemin cette incroyable fillette, Mina, un « ange » qui, discrètement, leur déposera de la nourriture ? Qui, le ciel ou la hasard ?

à partir de 11 ans

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-

Le garçon qui voulait dormir d’ Aharon Appelfeld

Erwin dort. La guerre vient de se terminer, il erre comme d’autres réfugiés sortis des camps, et porté par ceux-ci sur des chemins d’attente, il dort. Il dort pour oublier. Il dort pour se soustraire à cette vie qui l’a coupé de ses racines. Il dort pour s’éteindre, incapable de faire face. Et il rêve. Il se rêve enfant, en Bucovine, au côté de sa mère, attentive et attachante, et de son père écrivain exigeant et tourmenté qui ne parviendra jamais à être édité. Il rêve aussi lorsqu’il ne dort plus, voyant son oncle là marchant dans la rue, sa tante ici apportant des secours. Erwin dort et Erwin rêve.
Va-t-il réussir à se réveiller et revenir à la vie ? Peut être en parvenant à tenir la promesse qu’il a faite à son père dans l’un de ses songes. Erwin lui a promis que lui aussi sera écrivain. Que lui aussi construira des mondes de mots dans lesquels il pourra revivre, dans lesquels il retrouvera des attaches à la vie. Un très beau livre, porté par une écriture précise qui ajoute encore à l’émotion.