Tous les articles par Direction Fiction

Le coeur battant de nos mères de Brit Benett

L’histoire se déroule dans la communauté noire et religieuse d’Oceanside en Californie. Là, des mères, telles des choeurs vont   suivre et raconter 20 ans de l’histoire de Nadia et de Luke.

Au début du récit, Nadia n’a que 17 ans. Elève brillante, un bel avenir lui est promis ; elle va pouvoir partir étudier à l’université.

Cette joie est ternie par la mort soudaine de sa mère qui vient de se suicider. Un geste inexplicable la laissant avec de nombreuses interrogations dont une qu’elle s’est toujours posée : sa mère l’aimait-elle ?

Profondément perturbé par cette perte, son père ne lui est d’aucun secours pour apaiser sa détresse,

Quant au fils du pasteur, Luke, avec qui elle a une liaison, il  va s’avérer être peu enclin aux responsabilités lorsque Nadia lui annonce qu’elle est enceinte. Après lui avoir donné de l’argent pour avorter, il va la laisser se débrouiller seule.

Un goût d’inachevé va alors hanter ces 2 êtres : pour Nadia, le fait d’être abandonnée, d’avoir avorté –  Pour Luke, d’avoir sacrifié son bébé.

Une très belle écriture porte l’histoire de ce tout premier roman de Brit Bennett, jeune auteure d’à peine 30 ans,  finaliste de nombreux prix littéraires.

P.

Empruntez Le coeur battant de nos mères

 

Je m’appelle Nathan Lucius de Mark Winkler

Dès le début de ce roman nous sommes dans la tête de Nathan Lucius, un trentenaire qui nous fait partager sa vie, assez banale, au travers de ses pensées. Elles peuvent être parfois pleines d’un humour grinçant, ou franchement étonnantes.

Même s’il va boire des verres avec sa chef le soir après le travail, Nathan n’aime ni son boulot, ni ses collègues. Il vit seul et ne laisse entrer personne chez lui : c’est son antre, son havre de paix. Il entretient une vague aventure avec sa voisine, une femme fantasque.

La seule touche émouvante dans sa vie c’est sa relation avec Madge, une vieille dame antiquaire avec qui il partage une chaleureuse amitié.

Or, un jour, Madge atteinte par un cancer lui demande d’abréger ses souffrances.

Nathan ne sait trop quoi penser de cette requête. Et puis la vie de Nathan bascule, la nôtre aussi.

Le talent de l’auteur réside dans le fait de nous faire partager le monde tel que le voit Nathan. On ne le quitte pas d’un pouce et dans ce nouvel univers, il nous dévoile, par petites touches, sa vie, ses secrets…

Un remarquable thriller psychologique servi par une écriture et une narration intelligentes.

P.

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque .

hqdefault

L’innocent de Christophe Donner

Christophe entre dans les années soixante-dix et dans l’adolescence bercé par les idées révolutionnaires de ses parents divorcés et la découverte d’une sexualité dévorante, obsessionnelle. De Paris à Saint-Tropez en passant par la Tunisie, l’adulte qu’il est devenu égraine les souvenirs d’une jeunesse douce-amère à travers le prisme de ses aventures sexuelles.
De brefs chapitres avec  une voix off qui introduit chaque scène, la replace dans une époque, un lieu. Puis Christophe apparait, agit, bien ou mal, il vit, il tente, essaye. Se sont autant de souvenirs : paysages, odeurs, lycée,… que se remémore Christophe Donner avec ce court récit.

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque

 

Sans retour / Matthew Klein

Jim Thane, 47 ans, le costume froissé sur un léger embonpoint, se présente à la réception de la « Tao software LLC » Start-up en plein chaos, son directeur a disparu depuis quelques semaines et les comptes sont au rouge. Jim n’a pas un boulot facile il a été embauché par les actionnaires pour faire le ménage, c’est-à-dire licencier et rendre l’entreprise viable, forcément le plus rapidement possible.
Jim est un ancien toxicomane, ancien alcoolique, ancien addictif au sexe. Sa femme l’accompagne dans cette nouvelle vie espérant qu’il restera désormais sobre.

On passe imperceptiblement, au fil du récit, d’une situation claire à un univers menaçant. Notre héros, comme dans tout polar qui se respecte, va douter de plus en plus de la réalité qui l’entoure. Et si tout le monde était contre lui ? Même sa femme, même son psychiatre ? Qui trahit qui, qui espionne qui, qui torture qui ?  Une fin à donner des frissons !!

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque

J’envisage de te vendre (j’y pense de plus en plus) de Frédérique Martin

Il y a cet homme qui vend sa mère sur une brocante et cet autre dont la tentative de suicide est filmée par une équipe de télévision. Il y a ce couple qui choisit son bébé sur catalogue et cette femme, gagnante malgré elle d’un cadeau qui risque de lui pourrir la vie. Il y a celui qui va être jugé en direct à la télé par les sages de l’Organisation des Consciences Unies, celle prise en otage par une Brigade de l’eau et ce Serial Killer voyant défiler devant lui les familles de ses victimes.

Une atmosphère étrange se dégage des nouvelles de Frédérique Martin. Elle dépeint une société effrayante où les libertés individuelles ont été sacrifiées au nom d’une cause collective particulièrement liberticide. Pouvoir des médias, marchandisation à outrance, répression du féminisme aboutissant à l’interdiction de l’espace public aux femmes, sa vision d’un futur pas forcément très lointain interpelle et inquiète.J'envisage de te vendre (j'y pense de plus en plus ) de Frédérique Martin

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque.

nouveau !

Désormais, vous pouvez être prévenu par mail dès qu’un nouveau billet paraît sur ce blog.

Il suffit de rentrer une adresse mail, dans la partie gauche de l’écran et de cliquer sur envoyer. Vous recevrez immédiatement un mail de confirmation dans lequel vous cliquerez sur un lien pour finaliser l’action. C’est tout !

Votre adresse n’est pas collectée et vous ne recevrez pas de message publicitaire. A tout moment vous pourrez vous désabonner de cette alerte.

9782234074866-X_0

L’homme qui avait soif de Hubert Mingarelli

Hubert Mingarelli nous offre, une fois de plus, un récit plein de pudeur et d’émotion contenue ; une histoire sur l’amitié en temps de guerre et l’errance d’un voyageur sans bagage…..

Japon, 1946. Démobilisé depuis peu, Hisao doit rejoindre la femme qu’il doit épouser. Une fois à bord du train qui le conduit vers elle, il descend pour boire, car il souffre d’une soif inextinguible. Il rate alors  le départ de ce dernier. Ayant oublié ses bagages dans le wagon, Il entreprend de rejoindre à pied la ville du terminus du train. Il espère ainsi retrouver sa valise aux objets trouvés.

Sa quête, remplie de péripéties et de nombreuses rencontres va nous donner l’occasion de découvrir, au gré de ses peurs et souvenirs, comment Hisao a combattu dans les montagnes de Peleliu.  Loin du combat classique que l’on imagine, il creusait avec d’autres soldats des galeries pour se protéger de l’aviation américaine. C’est dans ces terribles conditions qu’il s’est lié d’amitié avec Takeshi, Ne sachant plus si c’était le jour ou la nuit, supportant l’incertitude, le travail physique, la peur, l’obscurité… Et surtout, la soif.

Vérifier la disponibilité de ce livre sur le catalogue