Direction Fiction, le rendez-vous des lecteurs 2017#2

Voici une petite sélection de romans parmi les nouveautés, que j’ai présenté lors du dernier rendez-vous le 10 juin :

Il y a un robot dans le jardin ou les tribulations d’un petit tas de ferraille déglingué mais terriblement attachant.  Par Deborah Install.

Le thriller Bondrée de Andrée A. Michaud a été récompensé par le Prix des lecteurs 2017 de Quais du Polar, et c’est mérité !

Gabacho est le premier roman d’une jeune mexicaine de 19 ans, Aura Xilonen. Un texte de fureur au langage vif et cru,  entre poésie et hyperréalisme.

Costa Brava est une bonne entrée en matière dans l’oeuvre d’Eric Neuhoff. Ce roman touchera tous ceux qui ont dans le coeur un lieu de vacances dont l’évocation les ramènent direct en enfance.

Le récit intimiste de Marie le Gall approche l’insondable mystère de sa soeur. Voir la chronique de Mon étrange soeur.

Bertie, comédien shakespearien né le même jour que George Clooney (!) est contraint de retouner vivre chez sa vieille maman à 50 ans passés. Marina Lewycka manie l’effet burlesque à la perfection dans Rien n’est trop beau pour les gens ordinaires.

Le dernier roman de l’américain Adam Haslett évoque l’histoire d’une famille dont deux individus sont malades. Imagine que je sois parti est un grand roman sur l’amour filial.

On termine avec un petit bijou d’émotions : Un amour de 1000 ans est le troisième roman français du japonais Akira Mizubayashi. Une histoire émouvante et bouleversante d’un homme amoureux d’une femme et de musique.

La maison Wolfe de James Carlos Blake

ob_6aa8b6_maison-wolfeJessie a été élevée par Charlie, Charlie Wolfe. Elle a 20 ans, et elle est l’une des invités d’un fastueux mariage qui lie 2 familles mexicaines fortunées. Un mariage qui attire l’attention et la convoitise. Plusieurs membres des 2 familles et quelques invités sont enlevés lorsque la fête se termine, par une poignée d’hommes bien organisés. A sa tête un personnage qui veut rejoindre une importante organisation mafieuse, et qui veut montrer l’exemple à cette occasion. L’entreprise devrait être menée à bien et les rançons payées. Il n’y a qu’un problème. Jessie est au nombre des invités kidnappées. Jessie Wolfe a été enlevée.

La famille Wolfe a 2 composantes. Une partie de la famille réside au Mexique, l’autre aux Etats Unis. Leur spécialité, le trafique d’arme, a côté d’autres activités plus ou moins  respectables. C’est une famille puissante, organisée par des liens hiérarchiques forts, mais liée aussi familialement. Jessie a été élevé par son oncle Charlie lorsque son père a été arrêté et lorsque sa mère l’a soudainement quittée. Il y a de l’attachement, de l’amitié, de la tendresse entre Jessie et Charlie. Et c’est comme un père qu’il va partir à sa recherche…AVT_James-Carlos-Blake_3007

Un roman haletant où l’on suit les rebondissements de cette prise d’otages. On aime aussi s’approcher de cette famille attachante par certains côtés…

 

 

Empruntez La maison Wolfe

Mon étrange soeur de Marie Le Gall

Mon étrange soeur de Marie Le GallSon regard noir vous cloue sur place et son visage laisse entrevoir une personnalité tourmentée et follement tragique. On devine que c’est l’étrange sœur, aujourd’hui disparue, de Marie le Gall.

La Sœur est une enfant différente. Est-ce sa naissance difficile, une méningite contractée dans la petite enfance ou bien le bombardement de la ville pendant ses jeunes années qui l’ont rendue malade ? Les parents, démunis, ont cherché une cause, puis ont cessé de s’interroger, impuissants. Et ils ont fait « comme si ».

Lorsque Marie paraît, 19 ans après  la Sœur, elle ressent très vite qu’elle existe pour réparer quelque chose. Et c’est vrai que cette enfant redonne un élan et un espoir à sa famille. La Sœur semble être heureuse d’avoir la compagnie de sa jeune soeur. Ou peut-être pas. Qui peut deviner ce qu’elle ressent ? qui peut mesurer la profondeur de sa souffrance ou de son bonheur ?

Il suffisait d’un geste, d’un mouvement si singulier de ton corps, d’une inclination de ta tête et alors tout ce qui t’entourait cessait d’exister pour l’enfant que j’étais et qui avait capté le moindre dérangement de ta personne. Fascinée par ce que j’ignorais être ton drame, j’ai tout appris de ta vie, dans ton regard et dans celui des êtres qui te considéraient avec une pitié teintée de répulsion, une fausse compassion ou une réelle empathie parfois, avec surtout la curiosité des gens que l’on dit normaux et leur prétendue supériorité.
Dix-neuf ans, oui. Tu avais dix-neuf ans de plus que moi. Sans doute m’avais-tu tellement appelée dans ton exil sur la Terre, dans tes rêves ou tes prières ! J’ai fini par t’entendre. J’ai fini par naître. Ce fut comme si j’étais sortie de toi et non de notre mère. Jouets d’un destin absurde, deux sœurs unies dans un seul être, bancal, errant, perdu.

Marie grandit, évolue vers l’âge de raison, aux côtés de sa sœur, qui n’atteindra jamais ce palier.

Et puis un jour de énième « bêtise », on l’enferme pour de bon. Dans une maison de retraite ! Elle a trente ans. « La sainte vierge va la soigner ! » voilà avec quelle explication Marie doit se débrouiller pour surmonter sa soudaine solitude. Dès lors, Marie assiste au délabrement progressif de sa sœur.

Un récit familial très fort, sa famille étant déjà le thème d’un précédent titre La peine du menuisier que je vous recommande également.

A la toute fin, Marie s’interroge sur le lien qui l’a uni à sa sœur et ose une hypothèse que je ne peux révéler mais qui est stupéfiante et bouleversante.

Empruntez Mon étrange soeur

Destiny de Pierrette Fleutiaux

Le prix littéraire des lycéens et apprentis rhônalpins réunit chaque année des centaines de lecteurs de plusieurs lycées de notre région. Une 26ebe35925e1a5d429080718aa3a8ee4-54755classe du lycée général et technologique Charlie Chaplin emmenée par leur professeur documentaliste madame Roméas, a participé à ce prix pour cette édition 2016/2017. Le but est de distinguer l’un des 4 romans et l’une des 4 bandes dessinées en lice. Tout cela entouré de multiples activités, comme les rencontres auteurs élèves dans les établissements.

Subject: FLEUTIAUX Pierrette - Copyright: John FOLEY/Opale - Date: 20100127Pour les romans, le prix a été décerné par les élèves au mois de mai dernier  à Pierrette FLeutiaux pour Destiny. Un roman récit centré sur le personnage d’une migrante que Anne rencontre inopinément dans un couloir de métro. Destiny est nigériane, elle à 27 ans et elle est enceinte. Anne va essayer de l’aider, arrêtée à la fois par sa détresse et la force de son regard. Elle va la conduire à l’hôpital, lui acheter des vêtements, lui donner de l’argent, lui trouver un appartement…

Leurs relations sont parfois difficiles, car Anne ne comprend pas facilement les paroles de Destiny. Mais c’est aussi 2 univers qui se confrontent et qui ont du mal à trouver des mots communs. La rage de Destiny, qui lui a permis de se préserver jusque là, est aussi pour Anne des murs à traverser. Un roman émouvant qui essaie de mettre des mots sur la réalité de ces personnes qui ont tout abandonné. Un très bon choix de livre pour ces lecteurs scrupuleux, et talentueux par ailleurs…

Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque

Il y a un robot dans le jardin de Deborah Install

installAmy rêve de posséder un bel androïde comme ses voisins. Un robot dernier cri qui s’occuperait des corvées ménagères. Car cette avocate surbookée ne peut pas compter sur son mari pour chercher du travail, ni pour s’occuper de la maison. D’ailleurs, elle ne cesse de le noyer sous la longue litanie de ses défauts.

Aussi, lorsque Tang débarque dans leur jardin, le petit robot déglingué va cristalliser la colère d’Amy : elle voit que Ben s’entiche du vieux tas de ferraille et qu’il se pique même de retrouver son fabriquant afin de le réparer! Lui qui n’est jamais sorti de son quartier londonien, lui qui n’est jamais allé au bout d’une idée, qui n’a jamais rien fait pour elle, le voilà prêt à s’envoler pour San Francisco flanqué de son épave ! c’en est trop pour Amy qui claque la porte.

La vie avec Tang est bien plus stimulante qu’avec Amy ! En s’occupant de lui, Ben renaît et se responsabilise. Et il s’attache de plus en plus : c’est vrai que Tang est attendrissant avec son « regard » triste, sa dégaine tintinnabulante lorsqu’il cavale derrière Ben. Et tous les problèmes qu’il provoque en gaffant comme un petit enfant, le rende terriblement humain…

Mais il faut faire vite, il est en danger : l’ampoule qu’il a au niveau du coeur est cassée et du liquide fuit…

Tang est le cousin germain de Wall-E et sans doute l’arrière petit fils de E.T. On ne peut pas s’empêcher de penser à ces références qui sont aussi des histoires d’amitiés improbables et magiques, émouvantes mais pas niaises. « Il y a un robot dans le jardin » est de leur trempe.

Empruntez Il y a un robot dans le jardin

Nouvelles définitions de l’amour de Brina Svit

Vous aimez les histoires d’amour ? Ça tombe bien : en voilà dix !

Nouvelles-definitions-de-lamourBrina Svit nous offre dix nouvelles sur un thème archi rebattu : l’amour. Mais… Brina Svit est une écrivaine : elle fait  donc œuvre d’originalité et de délicatesse – comme dans tous ses autres textes, d’ailleurs- et nous offre ses « Fragments d’un discours amoureux ». Elle choisit d’explorer les relations amoureuses dans des situations plutôt quotidiennes, souvent hétéroclites avec un soin tout particulier apporté aux personnages.

Cela va du veuf qui découvre que sa femme cultivait un jardin,  à une femme qui entre dans un magasin pour acheter une table le soir de Noël, à 17h, en passant par un homme qui sort faire des courses pour croiser la caissière du supermarché. Raconté comme ça, cela semble d’une banalité confondante, pourtant la lecture de chaque nouvelle est saisissante de singularité.

svitbrina-gallimardCeux qui connaissent les romans de Brina Svit savent de quoi il est ici question : sa faculté incroyable d’attraper le lecteur sur un ton léger pour lui montrer les coins plus obscurs des sentiments et des relations.

Ce qui reste une fois le livre refermé ? C’est l’ambiance sereine qui malgré tout se dégage de tous ces textes, avec bien sûr l’envie de relire une ou deux nouvelles de temps en temps.

(-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque <-)

Je m’appelle Nathan Lucius de Mark Winkler

Dès le début de ce roman nous sommes dans la tête de Nathan Lucius, un trentenaire qui nous fait partager sa vie, assez banale, au travers de ses pensées. Elles peuvent être parfois pleines d’un humour grinçant, ou franchement étonnantes.

Même s’il va boire des verres avec sa chef le soir après le travail, Nathan n’aime ni son boulot, ni ses collègues. Il vit seul et ne laisse entrer personne chez lui : c’est son antre, son havre de paix. Il entretient une vague aventure avec sa voisine, une femme fantasque.

La seule touche émouvante dans sa vie c’est sa relation avec Madge, une vieille dame antiquaire avec qui il partage une chaleureuse amitié.

Or, un jour, Madge atteinte par un cancer lui demande d’abréger ses souffrances.

Nathan ne sait trop quoi penser de cette requête. Et puis la vie de Nathan bascule, la nôtre aussi.

Le talent de l’auteur réside dans le fait de nous faire partager le monde tel que le voit Nathan. On ne le quitte pas d’un pouce et dans ce nouvel univers, il nous dévoile, par petites touches, sa vie, ses secrets…

Un remarquable thriller psychologique servi par une écriture et une narration intelligentes.

P.

-> Vérifier la disponibilité de ce document à la médiathèque .